Une dépose d'amalgame dentaire dans les règle de l'art
Une dépose d'amalgame dentaire dans les règle de l'art
Une dépose d'amalgame dentaire dans les règle de l'art  ©Radio France - Inès Léraud
Une dépose d'amalgame dentaire dans les règle de l'art ©Radio France - Inès Léraud
Une dépose d'amalgame dentaire dans les règle de l'art ©Radio France - Inès Léraud
Publicité
Résumé

Amalgames dentaires et intoxication aux mercure : Inès Léraud a mené l'enquête et tendu le micro à ces "malades de l'amalgame" que jamais personne n'écoute.

En savoir plus

Un documentaire d’Inès Léraud et Lionel Quantin

1ère diffusion le 26/03/08 dans Sur Les Docks

Publicité

L'enquête a commencé il y a plusieurs années quand, petit à petit, ma mère s'est transformée. Des troubles de la mémoire, de l'élocution, une grande fatigue se sont mis en place si doucement, que nous ne les avons d'abord pas remarqué ou que nous avons simplement pensé qu'elle vieillissait. Elle est ensuite devenue allergique aux odeurs artificielles et à de nombreux aliments, pour finir par ne plus en manger que quinze. Mais aucun médecin n'est parvenu à comprendre les causes de ces différents symptômes qui s'amplifiaient. Pensant qu'elle faisait une dépression, ils lui ont conseillé de voir un psychologue.

C'est quelques années plus tard qu'elle est tombée par hasard sur un article intitulé "Intoxication aux métaux lourds". Une personne y décrivait des désordres tant physiques que psychologiques qui ressemblaient aux siens et expliquait avoir été intoxiquée par le mercure de ses plombages dentaires.

Ces petits morceaux gris que beaucoup d'entre nous portons en bouche sont en effet constitués à cinquante pour cent d'un des toxiques les plus puissants du monde : le mercure. D'infimes quantités de ce poison se libèrent de l'amalgame dentaire et selon certains scientifiques, se stockent dans l'organisme et dans le cerveau, détruisant à petit feu notre santé.

Pour des raisons médicales liées au mercure, plusieurs pays dans le monde, dont le Japon, la Russie, l'Autriche et l'Allemagne, ont fortement restreint le recours aux amalgames dentaires pour soigner les caries. La sécurité sociale suédoise ne les rembourse plus depuis 1999 et, au 1er janvier dernier, la Norvège les a complètement interdits.

En France, le thermomètre à mercure et le mercurochrome ont été supprimés des marchés mais l'amalgame gris, réputé pour son faible coût, sa stabilité dans le temps, et sa facilité à être posé, est encore couramment utilisé par les dentistes.

Quant aux porteurs d'amalgames qui se plaignent d'intoxication, les autorités sanitaires françaises les ont classés : cas psychotiques, psychiatriques, développant des symptômes plus par peur du mercure que par réelle intoxication.

Nous écouterons ces "malades de l'amalgame" que jamais personne n'écoute. Il sera affaire d'intime conviction, de contestation des certitudes, et peut-être... de lancement d'alerte.

"Le mercure, appelé aussi vif argent, est connu depuis l’Antiquité comme un puissant poison. (...) A partir de 20°, il se volatilise en vapeurs incolores et inodores, mais très toxiques. Malgré la gravité de ses effets secondaires, on l'a souvent utilisé pour ses qualités antibactériennes et antifongiques." Inès Léraud

Une femme intoxiquée au mercure ayant développée une MCS (hypersensibilité au produits chimiques multiples)
Une femme intoxiquée au mercure ayant développée une MCS (hypersensibilité au produits chimiques multiples)
© Radio France - Inès Léraud
Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Maryvonne Abolivier
Collaboration