Les mouchoirs menstruels, une série de 700 mouchoirs, 10 x 8 x 3,5 cm, 1997-2005
Les mouchoirs menstruels, une série de 700 mouchoirs, 10 x 8 x 3,5 cm, 1997-2005
Les mouchoirs menstruels, une série de 700 mouchoirs, 10 x 8 x 3,5 cm, 1997-2005 - Laetitia Bourget
Les mouchoirs menstruels, une série de 700 mouchoirs, 10 x 8 x 3,5 cm, 1997-2005 - Laetitia Bourget
Les mouchoirs menstruels, une série de 700 mouchoirs, 10 x 8 x 3,5 cm, 1997-2005 - Laetitia Bourget
Publicité
Résumé

Années 1960, des performeuses utilisent leur sang dans une démarche artistique et féministe. Aujourd’hui, photographes, peintres, cinéastes prennent le relais en créant des représentations à la frontière entre l’art et l'empowerment. En littérature, comment s’écrit ce récit de l’intime féminin ?

En savoir plus

Au sein de cet épisode, des femmes contemporaines et européennes évoqueront leur démarches artistiques autour du sang menstruel sous le regard d’Emilie Bouvard, conservatrice du musée Picasso et qui surtout a cherché la présence réelle et figurée du sang menstruel chez les artistes femmes …

Je saigne donc je suis. Nancy Huston

Publicité

On passe tant d'énergie à effacer cette dimension [les règles] de notre vie, qu'il faut aller vraiment loin, pousser loin le clou pour que ça revienne. Et c'est là où ça peut être violent, par contraste. Entre l'effort qui est fait dans l'imagerie publicitaire, les conseils d'hygiène dans notre manière socialement d'être acceptable ou pas… il y a un tel effort d'effacement ! Alors quand on ramène cette information-là [le sang], visible, ça peut être brutal. Laetitia Bourget

D’autre part, des extraits littéraires portés par la voix des comédiens Sophie Daull et Christophe Hardy, illustreront cette aventure sanglante.

Ce sont des fluides [les fluides menstruels] qui vont donc parler de sexualité, à la fois le sexe biologique, mâle - femelle, les organes génitaux, et aussi le genre, c'est-à-dire le sexe comme construction social du masculin et du féminin. Et puis aussi, tout ce qui se trouve entre, parce que c'est un spectre et non pas une polarité. Mais ça parle aussi de notion d'hygiène, de propre, de sale, de la souillure, du tabou, de la limite et de la marge, et donc de sa possible transgression. Maël Baussand

Pour moi, l'esthétique du trouble c'est ce qui fait désordre, ce qui crée un écart et c'est ce qui bouscule les normes. Je veux qu'on parle des règles. Je veux qu'on parle des fluides. Je veux qu'on arrête ce silence, ce tabou qui n'a aucun sens. Maël Baussand

Avec :

Merci à Marianne Rosensthiel (photographe) et Sophie Quignard (chercheuse en littérature contemporaine).

Christophe Hardy et Sophie Daull, comédiens

Une série documentaire de Juliette Boutillier, réalisée par Nathalie Battus

Liens

France Culture lève le tabou des règles (Télérama, 16/10/2017)

À réécouter : Les blessures de Vénus

Pour aller plus loin, une sélection d'Annelise Signoret : 

Le sang menstruel chez les artistes femmes : Communication d’Emilie Bouvard lors de la journée d’études Les fluides corporels dans l’art contemporain organisée à l’INHA, Paris, le 29 juin 2010.

Le sang des femmes, source d'art : un reportage de tv5-monde.

A propos du Red Flag de Judy Chicago, artiste féministe américaine : une des premières à évoquer les règles dans sa pratique artistique.

La Noiva, de Joana Vasconselos est un lustre de 5 mètres de haut, fait de 25 000 tampons hygiéniques. Une œuvre controversée refusée pour l'exposition de Versailles en 2012.

Rediffusion de l'émission du 19/10/2017