Jeune homme dans un fast food
Jeune homme dans un fast food
Jeune homme dans un fast food ©Getty - Digital Vision
Jeune homme dans un fast food ©Getty - Digital Vision
Jeune homme dans un fast food ©Getty - Digital Vision
Publicité
Résumé

Le surpoids est trop souvent considéré comme une carence de la volonté. Dans ces conditions, les gros ont-ils les mêmes chances que les autres d'accéder au marché du travail ?

En savoir plus

Ma vie professionnelle ? Comment dire ? Je n’ai rien. Pourtant, j’ai joué le jeu. Je me suis cultivée, j’ai travaillé d’arrache-pied, j’ai obtenu de nombreux diplômes. Aujourd’hui, j’ai 40 ans et j’ai très peu travaillé. On me refusait même des boulots dans les fast-food. Gabrielle Deydier

Ce témoignage édifiant ouvre ce documentaire qui travaille les questions de l’obésité et du déterminisme social. Lors d’un entretien d’embauche, un obèse reçoit trois fois moins de réponses positives qu’une personne de corpulence moyenne. 

Publicité

On produit des enquêtes publiques qui entretiennent l’ignorance de la grossophobie et on le fait depuis des années. Jean François Amadieu

J’étais assistante dans un collège de Neuilly-sur-Seine. Le jour de la rentrée l’enseignante me dit : "je ne veux pas travailler avec une grosse" Ensuite elle m’a appelée la septième handicapée de la classe. Gabrielle Deydier

Au-delà du constat, nous voulons comprendre dans cette partie de la série ce qui se joue d’un point de vue politique dans ce rejet. Car si le comportement alimentaire est souvent décrit comme la cause principale de l’obésité, l’épidémiologie permet aujourd’hui d’établir l’importance du capital social. Or le surpoids continue d’être codé comme une carence de la volonté, un fait dépendant du bon vouloir de chacun.

Pour moi le fait de ne pas vouloir regarder ou identifier la grossophobie, c’est une véritable violence à l’égard d’un groupe, essentiellement des femmes, et de milieux populaires justement. C’est extrêmement violent, cette discrimination en vaut une autre, ces injures et ces moqueries en valent d’autres. Jean François Amadieu

Avec : 

Une série de Rémi Dybowski Douat, réalisée par Véronique Samouiloff

Bibliographie

Jean François Amadieu_,_ Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire, éditions Odile Jacob, 2002

On ne naît pas grosse. Gabrielle Deydier. Mai 2017. Editions Goutte d'or

Liens

Elise Coudin & Arthur Souletie : Obésité et marché du travail : les impacts de la corpulence sur l’emploi et le salaire. A lire dans Economie et statistique, n°486-487, 2016.

Solenn Carof,  Les représentations sociales du corps "gros", in Anthropologie & Santé, n°14, 2017.

Être grosse. Du corps discréditable au corps discrédité. Article de Solenn Carof à lire dans la revue Sociologie n° 3, vol. 10,  2019.

Le physique de l’emploi : 9e édition du Baromètre du Défenseur des droits et de l’OIT sur la perception des discriminations dans l’emploi, 2016.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Rémi Dybowski Douat
Production déléguée
Annelise Signoret
Collaboration
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Mathias Mégy
Collaboration