Tracteurs à Châtillon-sur-indre en août 2018
Tracteurs à Châtillon-sur-indre en août 2018
Tracteurs à Châtillon-sur-indre en août 2018 ©AFP - GUILLAUME SOUVANT
Tracteurs à Châtillon-sur-indre en août 2018 ©AFP - GUILLAUME SOUVANT
Tracteurs à Châtillon-sur-indre en août 2018 ©AFP - GUILLAUME SOUVANT
Publicité
Résumé

Ruralité : la face cachée de la pauvreté

En savoir plus

A la campagne, on est moins isolé qu’en ville. Il y a plus de solidarité, moins d’indifférence. Les agriculteurs y sont majoritaires et cela permet de se nourrir à moindre coût, au plus près de la production. En résumé, au vert, la pauvreté est moins difficile à supporter. Les poncifs sur la ruralité sont nombreux et tenaces. Car c’est bien en zone rurale que la pauvreté et l’exclusion frappe le plus durement. 

On a une vieille voiture qui a 25-26 ans, si elle nous lâche, on n'a plus rien pour se déplacer. Je suis chef de cuisine, quand je montre mes certificats de travail, tout le monde s'arrache les cheveux : je coûte trop cher. 

Publicité

Nous nous rendons en Limousin, une zone particulièrement concernée par cette pauvreté hors des radars. Au fil des témoignages recueillis, nous abordons les questions cruciales de l’isolement géographique, de la dévitalisation des territoires, du repli social et des spécificités de la pauvreté dans un village ou en campagne. 

Je ne prends que du "Top budget" quand je fais les courses. Le bifteck, j'aime bien aussi mais on ne peut pas se le payer

- Agnès Roche, sociologue

- Hélène Pasquet et Didier Barthe, bénévoles du Secours populaire français

- Les bénéficiaires du dispositif Solidaribus.

Une série de Rémi Dybowski-Douat, réalisée par Véronique Samouiloff

Liens : 

- Zones rurales : la face cachée de la pauvreté, une enquête publiée sur le site du Secours populaire français

- Marianne Berthod-Wurmser : En France, les pauvres s'en vont aussi à la campagne, CERISCOPE-Sciences-Po, 2012