Verger bio de Gotheron, à Bourg-les-Valence ©AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Verger bio de Gotheron, à Bourg-les-Valence ©AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Verger bio de Gotheron, à Bourg-les-Valence ©AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Publicité
Résumé

Une nouvelle carte du vivant est à découvrir avec l'agriculture.

En savoir plus

« La terre en tant que communauté, voilà l’idée de base de l’écologie », écrivait en 1948, dans sa ferme du Wisconsin, Aldo Leopold. 

Une communauté, pas celle de la politique agricole commune (PAC), mais celle d’une terre qui cesse d’être soumise au marché et où les paysannes et les paysans cessent d’être seuls et de se suicider. François Mulet affirme que : "Si tu n'as pas beaucoup de terres et que tu veux vivre, il faut faire des cultures avec des bonnes valeurs ajoutées. Ce qui a de la valeur ajoutée qui pousse vite, c'est le légume. Le maraîchage, ça fait partie des systèmes aujourd'hui qui peuvent permettre à beaucoup de gens de revenir vers le monde agricole".

Publicité

Étendre la communauté par-delà l’humain ; c’est permettre au vivant d’exprimer ses puissances. D'ailleurs, Sébastien Blache affirme que c'est possible : "Je n'accepte pas que le loup mange mes brebis. Mais par contre, j'essaie de trouver des solutions pour arriver à cohabiter avec le loup, comme essayer de cohabiter avec les mouches. Je ne peux pas faire autrement. Je ne peux pas demander à éradiquer tout le vivant qui me pose des problèmes et la plupart du temps d'ailleurs, ne m'en pose pas". C’est découvrir un paysage nouveau, plus épais, plus porteur. Une invitation aussi, à repenser les catégories rigides du sauvage et du domestique, non plus dans le cadre dualiste d’une nature et de ce qui ne serait pas la nature, mais dans une toile hybride, faite de compénétration et de mutualismes. 

On retrouve alors, la possibilité d’une sensibilité au vivant, à son prodige, ses métamorphoses.  

En définitive, on passe du muet au parlant ; en se servant d’un levier principal : l’agriculture. 

Avec : 

Sébastien Blache, paysan 

François Mulet, agriculteur

Fabrice Desjours, arboriculteur  

Matthieu Calame, agroécologue

Un documentaire de Tao Favre, réalisé par Assia Khalid et Séverine Cassar

Liens

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Musiques extraites de :

QUINTETTE A VENTS, de GYORGY LIGET I ; INVITATION TO THE VOYAGE, de JULIA KENT ; SONATE POUR HAUTBOIS 2 CAPRICCIO, de HEINZ HOLLIGER ; JATEKOK ES UZENETEK 1 EINEN AUGENBLICK LANG, de GYORGY KURTAG ; JELEK JATEKOK ES UZENETEK (HOMMAGE A TRISTAN) POUR COR ANGLAIS ET CLARINETTE BASSE, de GYORGY KURTAG ; JATEKOK ES UZENETEK 3 HOMMAGE A ELLIOTT CARTER 1 CAPRICCIO, de GYORGY KURTAG et JATEKOK ES UZENETEK 6 IN NOMINE ALL ONGHERESE POUR COR ANGLAIS, de GYORGY KURTAG.

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Tao Favre
Production
Assia Khalid
Réalisation
Séverine Cassar
Réalisation
Annelise Signoret
Collaboration
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anahi Morales
Collaboration