Décombres de l'usine chimique AZF, Toulouse, 2001
Décombres de l'usine chimique AZF, Toulouse, 2001
Décombres de l'usine chimique AZF, Toulouse, 2001  ©AFP - Dominique Faget
Décombres de l'usine chimique AZF, Toulouse, 2001 ©AFP - Dominique Faget
Décombres de l'usine chimique AZF, Toulouse, 2001 ©AFP - Dominique Faget
Publicité
Résumé

Et si la catastrophe était déjà là, et la suite résolument non prévisible...

En savoir plus

La chimie s’est installée au sud de Lyon au XIXe siècle. Au moment de la catastrophe de Feyzin, on l’a surnommé le couloir de la chimie. Stéphane Frioux

Partir de faits avérés, longer le couloir de la chimie dans le sud de Lyon, 13 sites classés "SEVESO seuil haut" concentrés dans une zone urbanisée, y croiser des fumées sombres, un air saturé de pollutions et la mémoire vive des catastrophes industrielles... 

Publicité

Aujourd’hui, le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) doit être signé au niveau national pour éviter que ne se reproduise le scénario de l’exposition de l’usine AZF de Toulouse. Près de 130 millions d’euros ont été mis sur la table mais après 8 ans de travail, le PPRT, après avoir été adoubé, a été annulé, pour vice de procédure car dispensé d'évaluation environnementale par une instance non indépendante. 

26 000 habitants et 12 000 employés vivent exposés aux risques industriels. Une autoroute passe au cœur de la Vallée de la chimie, en pleine zone rouge, zone de risque létal, ou encore un cœur de ville à Pierre-Bénite se trouve en zone bleue, c’est à dire en zone gelée…. Comment vivre à l’ombre de la catastrophe ?

Le ciel est souvent très bas. On voit cette espèce de brume de pollution, de bonne heure le matin, d’un vilain gris. une habitante de Pierre-Bénite

Ajoutons et combinons à la façon des collapsologues les multiples facteurs de risques, que pouvons-nous en comprendre ? Le réchauffement climatique, l’augmentation de la pollution de l’air, les nanoparticules tendent à faire penser que nous vivons dans un monde déjà contaminé. Qu’est-ce que l’homme, ingénieux et clairvoyant, peut-il encore prévoir ? 

On a acclimaté les populations à considérer qu’il n’y a pas de risque zéro. Et du coup, il faut prendre un peu de risque en mangeant, en s’habillant,  en respirant... Elsa Dorlin

Un des exemples, les plus parlant sont les produits ménagers, qui ont une très haute teneur toxique. L’information sensorielle a été retraduite. Pour que ça sente le propre,il faut que ça pue la javel mais la javel détruit le corps. Elsa Dorlin

Sommes-nous face à un fait total ? Comment appréhender des risques dépassant les frontières et les cadres d’intelligibilités des normes nationales, voir internationales ? Comment tenir compte des risques réels et combinés ? Réponses auprès de collapsologues, chercheurs, ingénieurs et habitants d’une zone en délaissement.

Il est urgent d’agir, ça c’est une certitude. Mais le risque de dire : "tout risque de s’effondrer dans 20 ou 30 ans", ça peut aussi amener à se dire : "ce n’est pas la peine de faire quoi que ce soit puisqu’il n’y aura plus rien !". Céline Luttof

Avec 

  • Des habitants du couloir de la chimie
  • Céline Luttof, enseignante et chercheure en sciences sociales à l'Université Grenoble Alpes, spécialiste des risques extrêmes et des vulnérabilités
  • Stéphane Frioux, maître de conférences d'histoire contemporaine à l'Université Lumière Lyon 2S, spécialiste d’histoire urbaine et environnementale
  • Gwenola Le Naour, maître de conférences de science politique à Sciences Po Lyon, spécialiste des régulations en santé publique et environnementale,
  • Patrick Lagadec, consultant international en pilotage des crises
  • Renaud Becot, post-doctorant en histoire contemporaine au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA)

Une série documentaire de Nedjma Bouakra, réalisée par Yvon Croizier

Liens

La Contamination du monde, François Jarrige, Sciences humaines, éd. du Seuil

Vivre la catastrophe : dossier de la revue Communications, n°96, 2015

Du risque à la catastrophe : À propos d’un nouveau paradigme. Article de Florent Guénard & Philippe Simay, à lire dans le dossier sur Le sens des catastrophes de la revue La vie des idées (avril 2011)

Violaine Girard : Avenir d'une identité industrielle et gestion du ou des risque(s) : Pierre-Bénite (69) dans le couloir de la chimie. Un des articles du dossier Apprivoiser les catastrophes publié par Les Annales de la recherche urbaine, N°95, 2004.

A propos de l’ouvrage dirigé par Sandrine Revet et Julien Langumier : Le gouvernement des catastrophes (éd. Karthala, 2013) : un recueil d’articles traitant des catastrophes au travers de la problématique des risques.

Site de l’Association nationale des collectivités pour la MAîtrise des RISques technologiques majeurs.

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Nedjma Bouakra
Production déléguée
Yvon Croizier
Réalisation
Annelise Signoret
Collaboration
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Mathias Mégy
Collaboration