Kleptomane dans un supermarché ©Getty - Westend61
Kleptomane dans un supermarché ©Getty - Westend61
Kleptomane dans un supermarché ©Getty - Westend61
Publicité
Résumé

"Je deviens un autre personnage quand je pique. Je deviens comme folle. J'ai envie de malaxer l'objet, de le tripoter..."

En savoir plus

Le concept de kleptomanie naît à la fin du XIXème siècle avec l’apparition des Grands Magasins dont parle notamment Emile Zola dans Au bonheur des dames. A l’époque, les auteures – en majorité des femmes – appartenaient à la classe aisée et l’on parlait de "magasinite" pour qualifier ce qui ressemblait déjà à une épidémie. 

Comment ce phénomène a-t-il été accueilli par les magistrats et les aliénistes de l’époque et comment est-il abordé aujourd’hui ? Dans son dernier roman, Confessions d’une cleptomane, la journaliste et écrivain Florence Noiville sonde l’esprit d’une femme de ministre aux prises avec cette manie incurable. 

Publicité

Examinons ensemble les mécanismes et les causes à l’œuvre dans la kleptomanie. Comment la médecine l’appréhende-t-elle ? Pourquoi les femmes sont-elles plus touchées que les hommes par cette pathologie ? Autopsie d’une pathologie relativement méconnue. 

Quand vous faites quelque chose de manière automatique, vous perdez le contrôle. C'est ce qui arrive aux Cleptomanes.S. El Mestikawy

Au XIXème siècle, la kleptomanie se définit par une femme qui vole alors qu'elle a les moyens d'acheter, par une forme de compulsion, qui vole souvent les mêmes objets et qui vole par hérédité. C'est une pathologie de genre et de classe. Ce sont des femmes bourgeoises.

Avec  

Un documentaire de Jérôme Sandlarz, réalisé  par Anna Szmuc

Bibliographie 

Liens

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Mathias Mégy
Collaboration