Publicité
En savoir plus

Par François Noudelmann réalisation: Pierrette Perrono L'écriture des Essais de Montaigne constitua une rupture de la tradition philosophique. Ecrire en langue vulgaire, le français au lieu du latin, assumer l'apparent désordre de la pensée, revendiquer le changement des idées au gré du temps qui passe: de tels usages correspondaient au sens étymologique de l'essai : la pesée, l'épreuve, l'expérience. Loin de tout dogmatisme, l'écriture y assumait joyeusement les tours et les figures habituellement réservés à la littérature. Aujourd'hui l'essai ne relève plus du risque mais semble une forme très lâche regroupant aussi bien les considérations politiques de candidats aux élections que des proses indéterminées mêlant l'intime et le général. L'essai est-il un genre, un style, une forme de pensée? Quels ont été ses moments glorieux et ses lieux d'élection? Derrière cette notion fourre-tout se jouent une histoire des relations entre littérature et philosophie, et une approche de la pensée par sa temporalité.

Références

L'équipe

Marianne Chassort
Collaboration