Manifestion de salariés contre l'ouverture des commerces le dimanche, 16/12/2014 ©AFP - YANN KORBI / CrowdSpark
Manifestion de salariés contre l'ouverture des commerces le dimanche, 16/12/2014 ©AFP - YANN KORBI / CrowdSpark
Manifestion de salariés contre l'ouverture des commerces le dimanche, 16/12/2014 ©AFP - YANN KORBI / CrowdSpark
Publicité
Résumé

L'extension du travail dominical et ses conséquences sociales

avec :

Jean-Yves Boulin (Sociologue, chercheur associé à l'IRISSO).

En savoir plus

L’Histoire serait  la suivante : au temps de Néron, cinquième empereur romain, mort en 68 ap JC, le dimanche, premier et non dernier jour de la semaine, était le  « dies solis », la fête du soleil, pour honorer MITHRA, le dieu de la lumière assimilé au dieu grec du soleil, HELIOS. Jour du soleil, Sunday ou Sonntag. Mais c’est un autre empereur, Constantin celui-là même qui mit fin aux persécutions contre les chrétiens par un Edit de tolérance, leur accordant la liberté de fêter la Résurrection du Christ le même jour, soit le troisième après sa mort un vendredi, Constantin donc , par un décret du 7 mars 321 ordonna, je cite  : « Au jour vénérable du soleil, que les magistrats et les habitants se reposent et que tous les ateliers soient fermés ». Un jour commun de repos pour les deux grandes religions de l’Empire : la religion païenne et la religion chrétienne. Deux mille ans plus tard, le repos dominical est toujours la règle, il est même devenu une norme quasi mondiale. Jusqu’à quand ? Est-il possible qu’il ne résiste pas aux bouleversements récents survenus dans les temps de vie des sociétés contemporaines ? Et que celles-ci soient prêtes à accepter une telle rupture ? Inquiétude et mise en garde chez notre invité.

Références musicales : Juliette Gréco "Je hais les dimanches"

Publicité
Références

L'équipe

Dominique Rousset
Dominique Rousset
Laurence Jennepin
Collaboration
Dany Journo
Réalisation