Par manque de places, des patients attendent dans des lits dans le couloir des urgences de l'hôpital de Bastia (30/10/2017) ©AFP - pascal Pochard-Casabianca
Par manque de places, des patients attendent dans des lits dans le couloir des urgences de l'hôpital de Bastia (30/10/2017) ©AFP - pascal Pochard-Casabianca
Par manque de places, des patients attendent dans des lits dans le couloir des urgences de l'hôpital de Bastia (30/10/2017) ©AFP - pascal Pochard-Casabianca
Publicité
Résumé

La détresse du personnel soignant à l’hôpital telle que le soulignent de nombreux témoignages réunis par les professeurs Philippe Halimi et Christian Marescaux auteurs de "Hôpitaux en détresse. Patients en danger" (Flammarion), font l’effet d’une véritable bombe.

avec :

Christian Marescaux (ancien chef de service de neurologie de l’hôpital de Hautepierre), Philippe Halimi (Chef du service radiologie à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris).

En savoir plus

En partenariat avec Le Quotidien du Médecin

Les professeurs Philippe Halimi, chef du service de radiologie de l’hôpital Georges Pompidou (Paris) et Christian Marescaux, ancien chef de service de neurologie de l’hôpital de Hautepierre (Strasbourg), parlent dans leur livre de : suicides, dépressions, mises à l’écart, ce sont plus de 400 témoignages qui viennent nous éclairer. Ils ont été recueillis dans le cadre de l’Association Jean-Louis Mégnien. Jean-Louis Mégnien, professeur de médecine reconnu, alors âgé de 54 ans, exerçait à l’hôpital Georges Pompidou quand il s’est suicidé le 17 décembre 2015 sur son lieu de travail.

Publicité

Ce livre, sur la base des témoignages reçus depuis un an nous révèlent quelques chapitres noirs de l’hôpital. Des aides-soignants à quelques administratifs et à la fine fleur de « l’establishment » hospitalo-universitaire, nous assistons à un massacre dont les auteurs tentent de donner quelques éléments de réflexion : un management vertical, autoritaire, un directeur seul pour prendre des décisions depuis la déclaration du Président de la République en 2009, patron dont le seul objectif est de tenir coûte que coûte son budget…
Les médecins vivent dans une structure en « millefeuilles », totalement en vase clos (unité – service – pôle- groupement inter-hospitalié) et leur statut leur permet très peu de mobilité sauf dans le cas d’un départ anticipé ou provoqué. D’ailleurs comment expliquer qu’il y ait tant de postes de professeurs non pourvus ­–je dis bien de professeurs–  alors que cette position représentait le graal il y a encore peu de temps. Il serait d’ailleurs important d’avoir les chiffres exacts de ces postes vacants, actuellement sous omerta.

Bien-sûr il y a des personnalités, des caractères, des histoires personnelles, mais ce degré-là de dysfonctionnement traduit un énorme problème. Sans doute la réforme de 1958 est obsolète et doit entraîner une refonte au sein de l’hôpital toujours en lien avec les changements en médecine de ville. Les conséquences de ces dysfonctionnements sont manifestes sur les patients comme en témoignent les histoires vraies rassemblées dans ce livre mais elles ne sont que la partie immergée de l’iceberg. Dans Hôpitaux en détresse. Patients en danger (Flammarion), Philippe Halimi et Christian Marescaux nous proposent des pistes pour faire reculer les maltraitances à l’hôpital.

Mais c’est encore plus loin qu’il faut regarder… le corps médical attend avec impatience les conclusions du groupe de réflexion (très opaque…) mis en place par notre Ministre de la santé et qui devrait rendre ses résultats en juin.

Liens pour en savoir plus

Interview de Caroline Chaumet qui a réalisé avec Bernard Nicolas le film sur le CHU de Grenoble

Episode 2 : Hôpital à la dérive, patients en danger

  • Le choix musical de notre invité

"Riturnella" par le Néapolis Ensemble (CD Calliope 9377)

Références

L'équipe

René Frydman
René Frydman
René Frydman
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Catherine Donné
Collaboration