L'imagerie par résonnance magnétique, qui ne produit pas de radiations est  précieuse pour les examens du cerveau notamment pour la fosse postérieure et la substance blanche. Ici cerveau normal.
L'imagerie par résonnance magnétique, qui ne produit pas de radiations est  précieuse pour les examens du cerveau notamment pour la fosse postérieure et la substance blanche. Ici cerveau normal.  ©AFP - VEM / BSIP
L'imagerie par résonnance magnétique, qui ne produit pas de radiations est précieuse pour les examens du cerveau notamment pour la fosse postérieure et la substance blanche. Ici cerveau normal. ©AFP - VEM / BSIP
L'imagerie par résonnance magnétique, qui ne produit pas de radiations est précieuse pour les examens du cerveau notamment pour la fosse postérieure et la substance blanche. Ici cerveau normal. ©AFP - VEM / BSIP
Publicité

100 milliards d’astrocytes et 80 milliards de neurones constituent notre trésor cérébral. Jusqu’ici nous pensions que le tissu glial (justement les astrocytes) n’était que des cellules de soutien des nobles neurones. Il nous faut revisiter nos connaissances.

Avec
  • Pierre Magistretti Professeur de neurosciences à l'Ecole polytechnique fédérale et à l'Université de Lausanne
  • Yves Agid Professeur émérite de neurologie et de biologie cellulaire à l’université Paris VI. Membre de l’académie des sciences, membre fondateur de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM)

En partenariat avec Le Quotidien du médecin

Un milliard de signaux par seconde nécessite une plasticité synaptique complexe. C’est avec les professeurs Yves Agid et Pierre Magistretti, auteurs de L'homme glial. Une révolution dans les sciences du cerveau (Odile Jacob), deux éminents neurologues que nous irons à la découverte de la greffe d’astrocytes humains chez le souriceau, d’un changement opéré sur des mouches mâles qui deviennent bisexuels ou de la maladie rare d’Alexander qui touche les enfants et qui est causée par la dégénérescence exclusive des astrocytes. Les  astrocytes qui proviennent des personnes trisomiques ou porteurs de certaines maladies génétiques comme l’X fragile, mises en culture, montrent une insuffisance de développement des terminaisons neurologiques. 

Publicité
Les cellules du cerveau. Illustration de trois types de cellules cérébrales: les astrocytes (rouge), les neurones pyramidaux (vert) et les cellules microgliales (bleu).
Les cellules du cerveau. Illustration de trois types de cellules cérébrales: les astrocytes (rouge), les neurones pyramidaux (vert) et les cellules microgliales (bleu).
© AFP - JUAN GAERTNER / SCIENCE PHOTO LIBR / JGT / Science Photo Library

Le tissu glial trop méconnu joue un rôle dans la régulation du sommeil, dans la mémoire, dans l’apparition des trouble neurologiques les plus courants. Savez-vous par exemples que certains lipides fabriqués exclusivement par les astrocytes (APOE4) prédisposent à la maladie d’Alzheimer. Le cerveau est une jungle dans laquelle de nombreux explorateurs se sont perdus, quelques nouveaux aventuriers défrichent de nouveaux sentiers, parmi eux Yves Agid et Pierre Magistretti, nos invités ce soir.

  • Le choix musical de nos invités

Sultan of swing de Dire Straits

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les liens pour en savoir plus

ICM - L'Institut du cerveau et de la moelle épinière  est un centre de  recherche de dimension internationale, sans équivalent dans le monde,  innovant dans sa conception comme dans son organisation. Cet Institut réunit dans un même lieu malades, médecins et chercheurs,son objectif est de  permettre la mise au point rapide de traitements pour combattre les lésions du  système nerveux afin de les appliquer aux patients dans les meilleurs  délais.

La Fédération pour la recherche sur le cerveau (FRC).  Pour combattre les maladies du cerveau, espérer un jour les prévenir et  les vaincre,  il faut d’abord comprendre comment fonctionne cet organe  complexe et pourquoi il dysfonctionne. En un mot, étudier le cerveau à l’état normal et pathologique. C’est le défi que la FRC s’est lancé, et elle y travaille depuis quinze ans.