Moulage de Sarah Baartman, la "vénus hottentote" visible le 31 janvier 2002 dans les réserves du Musée de l'Homme
Moulage de Sarah Baartman, la "vénus hottentote" visible le 31 janvier 2002 dans les réserves du Musée de l'Homme ©AFP - François Guillot
Moulage de Sarah Baartman, la "vénus hottentote" visible le 31 janvier 2002 dans les réserves du Musée de l'Homme ©AFP - François Guillot
Moulage de Sarah Baartman, la "vénus hottentote" visible le 31 janvier 2002 dans les réserves du Musée de l'Homme ©AFP - François Guillot
Publicité

Apprendre à regarder l’autre : Sarah Baartman ou la vénus hottentote à la protubérance fessière exubérante…

Avec

En partenariat avec Le Quotidien du médecin

Le bon sauvage de Rousseau ou une espèce différente plus proche de certains primates. C’est un voyage en anthropologie imaginaire auquel nous invite François-Xavier Fauvelle, historien de l’Afrique qui a publié, aux éditions du Seuil, A la recherche du sauvage idéal.

Publicité

Voir, toucher, disséquer, tout est permis sur certains corps humains. Après Vésale en 1543 l’engouement pour les dissections publiques se concrétise par la construction de théâtres anatomiques dans toutes les capitales européennes, les places y sont payantes et la dissection devient un divertissement mondain.

Vers la fin du 18e siècle la curiosité se tourne vers les champs de foire qui développent des spectacles tournés vers le pathologique et/ou le monstrueux.

Sarah Baartman, surnommée la vénus hottentote, sera ainsi exhibée en Angleterre et en France puis après son décès en 1815, disséquée par Georges Cuvier, professeur d’anatomie comparée, fasciné comme ses contemporains par les protubérances fessières et les particularités de son appareil génital. Il en conclut que la représentation des hottentots d’Afrique du Sud appartient bien à la même humanité que la race blanche mais il la classe au bas de l’échelle humaine, ainsi il s’oppose au polygénisme cher à George Gliddon et revendique un point de vue monogénique. En même temps il ouvre la voie à l’anthropométrie de triste souvenir puisque le classement hiérarchisé des humains aboutira à définir différents statuts dans une démarche raciste et bientôt nazie.

  • Le choix musical de notre invité

"Redemption song" par Johnny Cash et Joe Strummer (Last Highway 9861335)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe

René Frydman
René Frydman
René Frydman
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Catherine Donné
Collaboration