©Getty - © Matteo Colombo
©Getty - © Matteo Colombo
©Getty - © Matteo Colombo
Publicité
Résumé

La guerre se fait désormais aussi par le droit. Les Américains ont même inventé un mot pour désigner l’utilisation du droit comme arme de guerre : le lawfare. On en parle ce soir avec Renaud Beauchard, avocat à Washington et auteur de "Christopher Lasch. Un populisme vertueux" (Michalon, 2018).

avec :

Renaud Beauchard (Avocat à Washington).

En savoir plus

Le sentiment américain de devoir au monde la liberté n’est pas nouveau, mais il a quelque chose de trouble car la convergence du droit et des intérêts américains est patente. D’où l’intérêt de refaire cette histoire qui remonte au Watergate, et bien avant.

La question de l’extraterritorialité ne date pas d’aujourd’hui. Elle commence à Gênes, premier centre d’une "économie-monde" et de l’histoire du capitalisme. La grande différence, avec les Etats-Unis, aujourd'hui, c’est qu’elle s’étend au monde entier. Avec eux, on réfléchit à l’institutionnalisation concrète d’un gouvernement mondial.

Publicité

Lorsque l’on parle de financiarisation, on parle en fait d’une part croissante de l’économie qui serait assurée par les banques et les compagnies d’assurance. En réalité, il s’agit de la transformation de toutes les institutions, y compris non financières, en institutions financières.

En 1970, on dénombrait environ 7 000 entreprises transnationales à travers le monde. En 2009, on en comptait 80 000. C’est une véritable toile. C’est un réseau d’accumulation et d’échanges qui a peu à peu échappé aux acteurs étatiques et interétatiques.

Le projet d’Hugo Grotius, fondateur du droit moderne et notamment du droit international, était de faire du contrat et de la propriété des droits sans frontière. Aujourd’hui, on a réalisé le rêve de Grotius et on voit que ça ne se passe pas bien.

>>> Extrait musical choisi par l'invité : "Gymnopédie No. 1" d'Erik Satie, interprétée par Jacques Loussier Trio

>>> Pour en savoir plus :

Références

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Justine Wild
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration