©Getty - © FatCamera
©Getty - © FatCamera
©Getty - © FatCamera
Publicité

Voyage dans "La France des Belhoumi" avec le sociologue Stéphane Beaud qui nous dresse le portrait d’une famille qu’il dit dans le texte « immigrée », « algérienne », « ouvrière » et « nombreuse ».

Avec
  • Stéphane Beaud Professeur de sociologie à l'université de Poitiers, membre du GRECO (Groupe de Recherches Sociologiques sur les sociétés Contemporaines)

Entre ces cinq filles et ces trois garçons, c’est tout le portrait de la France contemporaine, des années 70 à aujourd’hui qui se dessine. C’est l’aînée des enfants qui est allée d’elle-même vers Stéphane Beaud, qui a ensuite mené son enquête et ses conversations, et dessiné ces différences. Filles et garçons, succès ou échecs scolaires et sociaux, enfants de leurs parents, mais aussi de leurs quartiers, de leurs écoles, de leur pays, de notre histoire, chacune et chacun peut s’y reconnaître. Ici, il s’agit de « nous ».

Le livre montre que le poids des déterminismes sociaux n’est pas absolu. Il est question ici de l’histoire d’une famille à la mobilité sociale ascendante, qui n’aurait pas dû se retrouver là où elle est.

Publicité

Le sociologue doit comprendre pourquoi, à partir du capital scolaire culturel des parents - qui dans notre cas n’est pas conséquent - leurs enfants peuvent réussir à l’école.

Quand on écoute les enseignants, notamment du primaire, on se rend compte à quel point on a besoin d’une institution scolaire solide pour compenser les difficultés sociales et matérielles de plus en plus fréquentes rencontrées par certaines familles.

>>> Extrait musical choisi par l'invité : " Zoubida" de Rachid Taha.

L'équipe