Ours polaire dérivant sur un morceau d'iceberg
Ours polaire dérivant sur un morceau d'iceberg
Ours polaire dérivant sur un morceau d'iceberg ©Getty - ©Paul Souders
Ours polaire dérivant sur un morceau d'iceberg ©Getty - ©Paul Souders
Ours polaire dérivant sur un morceau d'iceberg ©Getty - ©Paul Souders
Publicité
Résumé

Plongeon au coeur du quotidien de deux tribus presque coupées du monde, les Gwich'in du Nord de l'Alaska et les Evènes de Sibérie, avec Nastassja Martin, anthropologue. Comment ces populations vivent-elles l'urgence climatique, là où celle-ci est le plus palpable ?

avec :

Nastassja Martin (Anthropologue diplômée de l’EHESS et spécialiste des populations arctiques.).

En savoir plus

Dans Les âmes sauvages (2016), l’anthropologue décrivait les tourments des Gwich’in au Nord de l’Alaska face à la dégradation de l’écosystème. Avec Croire aux fauves (2019), en compagnie des Evènes en Sibérie, Nasstasja Martin change de terrain. Mais l’urgence d’écrire reste la même.

En Occident, on parle de réchauffement climatique, mais de manière tout à fait théorique. Parce que, on peut le vérifier chaque matin en mettant le pied à terre, le sol ne s'est pas encore effondré sous nos pieds. Et en réalité, ce qui se passe dans ces régions du Grand Nord, c'est que le sol est véritablement en train de s'effondrer sous leurs pieds. 

Publicité

J'ai travaillé avec des gens qui font le choix, qui continuent de faire le choix de vivre en forêt, qui continuent de « prendre leur tente sur leur dos », comme dit mon vieil ami Clarence, pour partir « rêver plus loin ». Parce qu'être en forêt, ce n'est pas seulement chasser, pêcher, mais c'est aussi se donner les moyens de dialoguer avec ces êtres, tout perturbés soient-ils par les métamorphoses environnementales, en partant là où il est encore possible de les entendre. Parce que […] les canaux du rêve sont brouillés lorsque l'on est trop près de là où ça grésille.

Si on se met en capacité de dialogue avec l'autre, on va dans cette zone où l'on n’est plus vraiment soi. Et toute la question, en fait, c'est vraiment la grande question qui, pour moi, est au centre des mondes animistes, c'est comment revenir? Comment revenir de cette zone liminaire où on a mis « soi » en retrait quelques heures pour attirer l'autre dans son monde à soi? 

Lorsqu'on commence à séjourner dans la forêt pendant de longues périodes, c'est comme si les limites entre nous et l'extérieur se dissolvaient peu à peu. 

Extrait musical : Immortels - Alain Bashung

Pour en savoir plus

Biographie de Nastassja Martin

En quoi consiste l'animisme ?

Philippe Descola

Projet de film documentaire sur les Evènes

Références

L'équipe

Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Julie Voinchet
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration