Un couple s’embrasse devant le chef-d'œuvre de Francesco Hayez 'The Kiss' à la Pinacothèque de Brera (Galerie d'art Brera)  à Milan, en Italie.
Un couple s’embrasse devant le chef-d'œuvre de Francesco Hayez 'The Kiss' à la Pinacothèque de Brera (Galerie d'art Brera)  à Milan, en Italie.  ©Getty - Emanuele Cremaschi
Un couple s’embrasse devant le chef-d'œuvre de Francesco Hayez 'The Kiss' à la Pinacothèque de Brera (Galerie d'art Brera) à Milan, en Italie. ©Getty - Emanuele Cremaschi
Un couple s’embrasse devant le chef-d'œuvre de Francesco Hayez 'The Kiss' à la Pinacothèque de Brera (Galerie d'art Brera) à Milan, en Italie. ©Getty - Emanuele Cremaschi
Publicité

La sexualité est présente à tout âge de la vie et prend une place sociétale plus ou moins importante selon les périodes historiques et le poids des religions. La médecine de son côté a toujours été confrontée aux troubles de la sexualité et a tenté d’y apporter une correction...

Avec

En partenariat avec Le Quotidien du médecin

Nous débutons  notre première série « Sexualité et société » avec  Jean-Claude Bologne, philologue, historien, auteur de Histoire du couple   (Perrin) qui  nous décrira les variations des formes de couples depuis l’Antiquité : mariage, concubinage, association libre jusqu’au PACS ou au «mariage pour tous», maintenant que le cœur parle plus et que les arrangements faits par les parents, les passations de patrimoine ou les convenances passent au second plan :  pourquoi  se mettre en couple ?

Publicité

Dans tous les modèles de l'Antiquité on ne propose pas le mariage à tous de la même façon. On propose le mariage légitime (la forme la plus stable  et la plus solennelle du couple) à des jeunes femmes de bonnes familles  auxquelles il serait absolument impossible de proposer un concubinage  ou une forme dévalorisée d'union. Alors qu'aujourd'hui tous les modèles de couples peuvent être proposés à tous les partenaires possibles. (Jean-Claude Bologne)

Il faut attendre le 16e siècle pour que l'on reconnaisse que le plaisir  faisait partie de cette amitié conjugale et du simple témoignage de l'amour qui régnait au sein du couple. (Jean-Claude Bologne)

  • Choix musical de notre invité

« Du och jag » de Ture Rangström chanté par Håkan Hagegård sur le disque Sånger  (Musica Sveciae, MSCD 629, 1993).

L'équipe

René Frydman
René Frydman
René Frydman
Production
Sandrine Chapron
Collaboration
Dany Journo
Réalisation
Catherine Donné
Collaboration