Photographie extraite du film "Her" (Spike Jonze, 2013). Theodore (Joaquin Phoenix) fait la connaissance de Samantha, une intelligence artificielle issue du  nouveau système d'exploitation installé par le personnage.
Photographie extraite du film "Her" (Spike Jonze, 2013). Theodore (Joaquin Phoenix) fait la connaissance de Samantha, une intelligence artificielle issue du nouveau système d'exploitation installé par le personnage.
Photographie extraite du film "Her" (Spike Jonze, 2013). Theodore (Joaquin Phoenix) fait la connaissance de Samantha, une intelligence artificielle issue du  nouveau système d'exploitation installé par le personnage. - © Wild Bunch Distribution
Photographie extraite du film "Her" (Spike Jonze, 2013). Theodore (Joaquin Phoenix) fait la connaissance de Samantha, une intelligence artificielle issue du nouveau système d'exploitation installé par le personnage. - © Wild Bunch Distribution
Photographie extraite du film "Her" (Spike Jonze, 2013). Theodore (Joaquin Phoenix) fait la connaissance de Samantha, une intelligence artificielle issue du nouveau système d'exploitation installé par le personnage. - © Wild Bunch Distribution
Publicité
Résumé

Les œuvres d’anticipation (films ou livres) posent souvent des problèmes que la science ou la médecine de demain pourrait concrétiser voire dépasser. C’est l’idée de ces émissions qui permettent l’analyse d’une œuvre et son prolongement scientifique ou sociétal actuel dans le domaine médical.

avec :

Miguel Benasayag (Philosophe, psychiatre, psychanalyste, chercheur en épistémologie), Jean-Michel Frodon (Historien et critique de cinéma).

En savoir plus

Emission en partenariat avec Le Quotidien du médecin.

Deux invités à chaque fois, l’un critique de film, l’autre médecin, pour nous guider dans ce parcours.

Publicité

Nous parlerons ce soir du film Her (Spike Jonze, 2013), et du livre La singularité du vivant (Miguel Benasayag, Editions Du Pommier, 2017) en compagnie de Miguel Benasayag, psychanalyste et philosophe et Jean-Michel Frodon, historien du cinéma, journaliste et critique.

L’hybridation entre le robot et le vivant progresse, ce qui peut amener à interroger une hybridation, si ce n'est une potentielle colonisation de la machine. Si la supériorité quantitative de la machine n’est plus à démontrer (jeu d'échecs notamment), sa dimension qualitative reste à prouver. Le robot peut-il avoir des sentiments ? Peut-il modifier sa conduite pourtant programmée, accepter une incertitude ou encore développer une mémoire sélective, modifiable, oubliable ?

La Belle et l’ordinateur, Robocop, Ex Machina sont des films qui, avec Her, viennent compléter notre réflexion.

Cela interroge, à la fois sur ce que nous attendons d’un autre, et comment éventuellement autre chose qu’un humain peut répondre à ce que nous en attendons. (Jean-Michel Frodon)

Le vivant, et pas seulement l’humain, c’est cette capacité finie de s’auto-affecter […] d’être affecté par quelque chose. (Miguel Benasayag)

Une des dimensions majeures dans Her, c'est le fait que cette interlocutrice, qui devient son amoureuse, est aussi celle de centaines de milliers de gens en même temps. (Jean-Michel Frodon)

>>> Extrait musical : "The Moon Song" interprété par Karen O - musique du film "Her"

>>> Bande annonce du film Her

Références

L'équipe

René Frydman
René Frydman
René Frydman
Production
Justine Wild
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation