Le procès de George Jacobs, 5 août 1692
Le procès de George Jacobs, 5 août 1692
Le procès de George Jacobs, 5 août 1692 ©Getty - Tompkins H. Matteson
Le procès de George Jacobs, 5 août 1692 ©Getty - Tompkins H. Matteson
Le procès de George Jacobs, 5 août 1692 ©Getty - Tompkins H. Matteson
Publicité
Résumé

On dit des archives qu’elles témoignent du passé, mais en est-on certain ? Ce qu’elles inventent, au présent, est quelque chose comme le passé du futur. En cela, elles ouvrent une question d’avenir. Ce soir, avec Carlo Ginzburg, professeur émérite à l'Université de Californie Los Angeles.

avec :

Carlo Ginzburg (Historien, Professeur à l’Ecole normale supérieure de Pise.).

En savoir plus

« Il y a des figures du passé que le temps rapproche au lieu de les éloigner », a écrit Carlo Ginzburg à propos de Montaigne. Interroger l’historien sur son rapport aux archives, c’est se poser la question de l’empathie : comment lire à bonne distance les archives de la répression comme les procès de sorcellerie du XVIe siècle ? 

Avec Carlo Ginzburg, professeur émérite à l'UCLA (Université de Californie Los Angeles), on apprend que l’historien aux archives est celui qui sait se ménager des surprises.

Publicité

Ce que je trouvais dans les archives, c'était une confirmation de mon hypothèse, et je me rappelle ma déception : c'était un peu facile, l'hypothèse n'était pas très riche. Trouver ce qu'on cherche, et rien de plus, ce n'est pas assez.

On peut utiliser un catalogue pour trouver des réponses à nos questions. Mais on peut aussi l'utiliser de façon oblique : non pour trouver des réponses mais des questions.

L'idée d'être seul avec des archives a quelque chose de magnifique...

Les historiens sont des observateurs qui posent des questions aux inquisiteurs et aux accusés. Mais plus tard, un autre historien pourrait poser aux mêmes archives des questions qui ne sont pas les miennes.

La recherche peut avoir des résultats inattendus : j'avais travaillé sur les procès de sorcellerie, et on m'a dit que mes conclusions et ma façon oblique d'approcher ces documents pourraient être utilisées pour analyser les procès de l'ère stalinienne. Ceci dit, ce n'est pas lié aux archives en tant que telles, c'est lié à la recherche historique.

Musique choisie par l'invité : Un concerto de Vivaldi

Entre-Temps est une revue numérique d'histoire actuelle, collective, collaborative et gratuite, attachée à la chaire de Patrick Boucheron au Collège de France.

Références

L'équipe

Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Diphy Mariani
Réalisation
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration
Colin Gruel
Collaboration