Tables avec des extraits de la déclaration des droits de l'homme et le bonnet phrygien.
Tables avec des extraits de la déclaration des droits de l'homme et le bonnet phrygien.
Tables avec des extraits de la déclaration des droits de l'homme et le bonnet phrygien. ©Getty - © Fototeca Storica Nazionale
Tables avec des extraits de la déclaration des droits de l'homme et le bonnet phrygien. ©Getty - © Fototeca Storica Nazionale
Tables avec des extraits de la déclaration des droits de l'homme et le bonnet phrygien. ©Getty - © Fototeca Storica Nazionale
Publicité
Résumé

Lors du Forum sur la paix de novembre dernier, Angela Merkel se demanda si nous serions encore capables aujourd’hui de réunir le consensus qui accompagna la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Que lui répondre ? Avec Justine Lacroix, professeure de science politique.

avec :

Justine Lacroix (Professeur de science politique à l'université libre de Bruxelles, directrice du Centre de théorie politique).

En savoir plus

Que répondre aux critiques adressées à l’idée de droits de l’homme ? Et Dieu sait si elles sont nombreuses aujourd’hui. Si elles convergent dans une même détestation, elles proviennent de sources philosophiques très différentes qu’il est indispensable de détailler. Nous recevons pour cela Justine Lacroix, auteure avec Jean-Yves Pranchère, de Le procès des droits de l’homme. Généalogie du scepticisme démocratique (Seuil, 2016).

Le néolibéralisme et le conservatisme ont en commun une défiance vis-à-vis de la démocratie. (Justine Lacroix)

Publicité

Je crois qu’une grande partie des maux attribués aux droits de l’homme aujourd’hui sont en réalité ceux d’une société capitaliste dérégulée fondée sur l’hyper consommation et l’éveil permanent du désir. Cela n’a pas grand-chose à voir avec les droits de l’homme. Je ne comprends donc pas très bien Michéa qui ne cesse de conspuer la logique consumériste dans laquelle nous vivrions : pourquoi s’en prendre aux droits de l’homme plutôt qu’au capital ? (Justine Lacroix)

Si l’on a derrière la tête que l’accueil des migrants devrait se faire grâce à l’apprentissage de la langue du pays d’accueil et des valeurs et des normes démocratiques, (…) alors je vous suis. Mais il me semble que des contrats ont été mis en place. En revanche, si cela devient un prétexte pour leur demander d’adhérer à une identité particulière au nom du fait que chez nous on ferait comme ci et pas comme ça, cela devient très différent. Je me méfie des instrumentalisations qui peuvent avoir lieu. (Justine Lacroix)

© AFP - © Mladen ANTONOV

Internet renforce intensément les communautés de semblables. Elles ont toujours existé, on lisait déjà plus ou moins les mêmes journaux dans le même milieu social, mais cela a progressé et aujourd'hui, la fragmentation est extraordinaire. Si vous ne vous informez sur l’actualité plus qu’à travers Facebook, et c’est le cas de beaucoup de jeunes aujourd’hui, vous n’avez que l’information de ceux qui vous ressemblent et qui pensent plus ou moins  comme vous. (Justine Lacroix)

Musique choisie par l'invitée : "Mélodie Hongroise" de Schubert, interprétation d'Alfred Brendel.