Groupe de danseurs maoris (Nouvelle-Zélande, 1977).
Groupe de danseurs maoris (Nouvelle-Zélande, 1977). ©Getty - ©  Serge Lemoine
Groupe de danseurs maoris (Nouvelle-Zélande, 1977). ©Getty - © Serge Lemoine
Groupe de danseurs maoris (Nouvelle-Zélande, 1977). ©Getty - © Serge Lemoine
Publicité

Ce soir, entretien avec Lily Martinet, chercheuse senior au Max Planck Institute à Luxembourg, qui a rédigé une thèse sur les signes, les emblèmes et les symboles dans le droit international.

Avec
  • Lily Martinet Chercheuse senior au Max Planck Institute Luxembourg for International, European and Regulatory Procedural Law.

En raison de la mondialisation qui met au contact les biens, les hommes et les cultures, la justice doit s’étendre aux dimensions de la planète (pour l’environnement), du globe (pour la circulation des biens), de l’universel (la justice pénale internationale) mais aussi du très petit, comme les signes, les emblèmes et les symboles. Ceux-ci circulent dans d’autres univers de sens qui les interprètent différemment et peuvent les transformer en logo ou autres motifs décoratifs, au risque de heurter les membres de leur culture d’origine. C’est à l’étude de ces nouveaux conflits que Lily Martinet, chercheuse senior au Max Planck Institute à Luxembourg, a consacré sa thèse.

(A propos des Hakas des indiens maoris) Il y a des hakas pour plein d'occasions différentes. Le haka le plus célèbre est celui des All Blacks, qui est réalisé avant les matchs de rugby. Ce haka est maintenant protégé par une loi qui crée un droit moral. Donc, la tribu d'origine du haka et son créateur doivent être mentionnés et rétribués à chaque fois que ce haka est utilisé, sur le territoire de Nouvelle-Zélande.

Publicité

Toutes les négociations qui sont en cours à l'OMPI (Organisation Mondiale pour la Propriété Intellectuelle) par exemple, pour avoir des protections des droits de propriété intellectuelle portent sur les savoirs traditionnels et les expressions culturelles traditionnelles.

Extrait musical choisi par l'invitée : " El condor pasa" (If I could) par Simon & Garfunkel - Album : Bridge over troubled water (1970) - Label : Columbia.

Extrait d'un ouvrage à propos de l'histoire de cette chanson "Le patrimoine culturel immatériel, enjeux d'une nouvelle catégorie" sous la direction de Chiara Bortolotto (Editions des sciences de l'homme, 2011).

Pour aller plus loin

Page biographique de Lily Martinet - en anglais (Institut Max Planck)

Article " Cultures traditionnelles et propriété intellectuelle : revendication légitime ou liaisons dangereuses ?" (Blog S.I.Lex - Février 2015).

Quelques liens vers des exemples cités pendant l'émission

Article " Au Canada, le projet de pipeline Trans Mountain gelé par la justice" (Courrier International - août 2018).

Le soleil des Zia et le drapeau du Nouveau-Mexique (Blog Les états d'âme de Césame - Février 2019).

Article " Nike présente ses excuses après avoir provoqué la colère des habitants de l'île de Samoa" (Huffpost - août 2013 et octobre 2016).

Article " H&M : faux groupes de métal pour vraie ligne de vêtements ?" (Arte.tv - Donatien Huet - mars 2015 et décembre 2016).

Article " Very Bad Trip 2 : Le combat du tatoueur de Mike Tyson est terminé" (Pure people, juin 2011).

Article " Belgique : accusé d’antisémitisme, le carnaval d’Alost persiste dans la controverse" (Le Parisien, février 2020).

Article " Saint-Nicolas aux Pays-Bas ou le père Noël est-il raciste ?" (Le Monde, décembre 2013).

Emission enregistrée début mars 2020.

L'équipe