représentation d'un jugement de Dieu ou ordalie par le feu. Manuscrit du XIIe siècle. - Alexandrin (discussions | contributions)
représentation d'un jugement de Dieu ou ordalie par le feu. Manuscrit du XIIe siècle. - Alexandrin (discussions | contributions)
représentation d'un jugement de Dieu ou ordalie par le feu. Manuscrit du XIIe siècle. - Alexandrin (discussions | contributions)
Publicité
Résumé

L’ordalie est un mécanisme ancien utilisé pour rétablir la vérité en soumettant un individu à une épreuve dont l’issue est censée être déterminée par des forces surnaturelles. Cette pratique a disparu mais elle continue d’éclairer nombre de conduites contemporaines. Ce soir avec Robert Jacob.

avec :

Robert Jacob (Juriste et historien, directeur de recherche honoraire du CNRS et professeur émérite des universités de Liège et Saint-Louis de Bruxelles).

En savoir plus

L’ordalie judiciaire comme le jugement de Dieu, et encore plus son interdiction en 1215 par le concile de Latran, vont avoir un rôle déterminant dans la constitution de la justice occidentale, Robert Jacob, historien, nous en explique les méandres qui nous conduisent jusqu’au procès américain contemporain.

Ordalie par le feu : on doit avoir à faire à une épreuve qui a l'air miraculeuse, dont le côté spectacle est absolument indispensable, il permet de créer la fascination attendue chez le public (très nombreux), et celui-ci doit être en état de sidération.

Publicité

L'ordalie par l'eau froide est une épreuve d'apnée. [...] Il y a toujours, à l'arrière-plan de l'ordalie, un côté illusionniste : ces épreuves sont toujours mises en scène et organisées de telle façon que le couperet tombe toujours dans ce qui est définit socialement comme le bon sens.

Avant le XIIe siècle : l'ordalie profite à celui qui la passe (le plus souvent la réussite est programmée, donc l'individu innocenté).

A partir du XIIe s. dans les procès avec un jury (non plus divin) anglo-américain : La décision de plaider coupable est stratégique. Je risque moins qu'en allant au procès (épreuve mortelle).

Extrait musical : Lohengrin - Act I scène 3 ; Opéra de Wagner. 

Pour en savoir plus

--> Publications de Robert Jacob 

--> Robert Jacob, directeur de l'unité d'Histoire du Droit Privé à l'Université de Liège 

Références

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Joséphine Lampreia
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration