Manifestation d'Ac-Up dans les rues de Paris le 12 janvier 1993.
Manifestation d'Ac-Up dans les rues de Paris le 12 janvier 1993.
Manifestation d'Ac-Up dans les rues de Paris le 12 janvier 1993. ©Getty - ©  Elise Hardy
Manifestation d'Ac-Up dans les rues de Paris le 12 janvier 1993. ©Getty - © Elise Hardy
Manifestation d'Ac-Up dans les rues de Paris le 12 janvier 1993. ©Getty - © Elise Hardy
Publicité
Résumé

Depuis 30 ans (1989) ou qui sait, 230 ans (1789), on a lu l’actualité et vu le monde à travers « 89 ». Cette double date signifiait un certain sens de l’histoire : la révolution, les droits de l’homme, la chute des murs ! Mais est-ce encore possible, en 2019 ? Avec E. Lebovici, historienne de l'art.

avec :

Elisabeth Lebovici.

En savoir plus

Le prisme est-il encore actif ? Que nous fait-il voir, une fois fêlé ou brisé ? Ne reflète-t-il plus que les déceptions, les déconvenues : Tian an Men, le sida, l’Europe elle-même, tout ce qui annonce les catastrophes d’aujourd’hui ? Mais ces déceptions et ces ruptures, peut-on les comprendre autrement que par rapport au sens devenu plus concret, fragile et critique mais aussi urgent, de « 89 » ?

Le Sida : ce n’est pas seulement pour Elisabeth Lebovici une des fractures des années 80 et 90 que l’on aurait subi passivement ; c’est la naissance d’un activisme, des patients mais aussi des citoyens, des artistes, des subjectivités, qui manifestent et se manifestent. Son livre, Ce que le Sida m’a fait : art et activisme à la fin du XXe siècle, histoire de l’art et épreuve de l’histoire à la première personne, nous replace au centre de cette tension collective mais aussi individuelle sans laquelle on ne peut comprendre ni « 89 », ni les siècles qui ont précédé depuis l’autre 89, et pas non plus le présent, avec les nouvelles épreuves, mais aussi les nouvelles expressions, qui peuvent y répondre, à condition de ne pas dénier, et de ne pas céder. 

Publicité

Pendant les années 80, j'ai été dans une période de sidération : autour de moi, il y a un certain nombre de personnes très proches qui tombent malades et qui meurent, qu'on aide, qu'on panse. [...] On est dans un état de choc, incapables de penser.

En 1989, c'est l'année de création d'Act-up à Paris ; à New-York, c'était en 1987.

Les questions de l'image et de la représentation font partie intégrante de l'épidémie. Le Sida, ce n'est pas qu'un fait médical.

>>> Extrait musical choisi par l'invitée : "Promised land" par Joe Smooth - album : "promised land" (1987).

Chronologie de l'épidémie par Elisabeth Lebovici (1981-2017)

Pour aller plus loin

>>> Page wikipédia d'Elisabeth Lebovici

>>> site d'Act-Up

>>> article à propos du travail de Group Material - Aids timeline

>>> Compte instagram "Aids memorial"

Références

L'équipe

Frédéric Worms
Frédéric Worms
Frédéric Worms
Production
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration