Gros plan de la déesse de de la Justice.
Gros plan de la déesse de de la Justice. ©Getty - ® Alexander Kirch / EyeEm
Gros plan de la déesse de de la Justice. ©Getty - ® Alexander Kirch / EyeEm
Gros plan de la déesse de de la Justice. ©Getty - ® Alexander Kirch / EyeEm
Publicité

La chute du Mur a consacré la victoire de la démocratie et donc du droit. Mais celle-ci pourrait bien être une victoire à la Pyrrhus tant elle semble s’être retournée en son contraire.

Avec
  • Elodie Djordjevic Philosophe, enseignante aux universités de Paris 1 et 2, secrétaire de rédaction de "Jus Politicum"

Après 1989, les droits de l’homme ont muté en s’universalisant et en se détachant du politique. Ils se sont individualisés en se concentrant sur la misère, les discriminations – notamment liées au genre ou à l’orientation sexuelle – et sur la dénonciation de la répression, et en abandonnant, aux dires de certains, le combat pour l’égalité matérielle.

On en parle ce soir en compagnie d'Elodie Djordjevic, philosophe, enseignante aux universités de Paris 1 et 2, et secrétaire de rédaction de Jus Politicum.

Publicité

L’ouvrage de Moyn part de ce paradoxe-là : nous n’avons jamais vécu dans un monde qui produit autant de richesses. Le monde est de plus en plus riche et pour autant, plus les richesses s’accroissent, plus les inégalités s’accroissent.

Il y a une concomitance entre le triomphe du néolibéralisme, c’est-à-dire ce mouvement qui détruit l’Etat-providence et qui produit lui-même des inégalités exponentielles, et le triomphe des droits humains. Et la raison de cela selon Moyn, c’est que les droits humains eux-mêmes ne contiennent aucune théorie de la justice distributive.

On pense le fondement des droits de l’Homme à partir de l’individu, considéré comme une monade isolée, et indépendamment de toutes ses insertions sociales et politiques et de son rattachement, ultimement, à un Etat.

>>> Extrait musical choisi par l'invitée : " London Calling" du groupe britannique The Clash.

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Justine Wild
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration