Les droits de l’homme dans la pratique internationale : épisode 3/5 du podcast Les droits de l’homme, 70 ans après la déclaration universelle de 1948

Session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, 2011.
Session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, 2011. ©AFP - © FABRICE COFFRINI
Session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, 2011. ©AFP - © FABRICE COFFRINI
Session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, 2011. ©AFP - © FABRICE COFFRINI
Publicité

Lors du Forum sur la paix de novembre dernier, Angela Merkel se demanda si nous serions encore capables aujourd’hui de réunir le consensus qui accompagna la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Que lui répondre ? Ce soir, avec Olivier de Frouville, professeur de droit.

Avec
  • Olivier de Frouville professeur en droit international à l’Université Panthéon-Assas, directeur du Centre de Recherche sur les Droits de l’Homme et le Droit Humanitaire.

Il ne suffit pas de déclarer les droits de l’homme, il faut aussi les appliquer et en garantir le respect. C’est la tâche des législations nationales, des institutions et des ONG, le tout sous le contrôle d’un comité qui siège à Genève et interpelle les États sur le respect de leurs obligations. Notre invité aujourd'hui, Olivier de Frouville, est professeur de droit international à l’université Paris 2, expert français au Comité des droits de l’homme des Nations-Unies.

Les droits de l’homme ont connu une période d’expansion dans les années 80-90, et une régression commence dans les années 2000, après le 11 septembre, cette régression s’est accentuée depuis une dizaine d’années. Peut-être que les défenseurs des droits de l’homme, de la modernité et des Lumières n’ont pas eu le temps de réagir sur le terrain intellectuel. (Olivier de Frouville)

Publicité
Manifestation contre la guerre en Afghanistan à New York, octobre 2001.
Manifestation contre la guerre en Afghanistan à New York, octobre 2001.
© Getty - © Spencer Platt

Leurs défenseurs se sont laissés abuser par le fait que les droits de l’homme soient aujourd’hui très bien installés dans le paysage juridique et institutionnel, dans de nombreux pays. (Olivier de Frouville)

Musique choisie par l'invité : “Know your Rights”  The Clash.

L'équipe