©Getty - © s0ulsurfing - Jason Swain
©Getty - © s0ulsurfing - Jason Swain
©Getty - © s0ulsurfing - Jason Swain
Publicité
Résumé

Nous retrouvons ce soir François Gemenne, chercheur en sciences politique, spécialiste en géopolitique de l’environnement, membre du GIEC et directeur du projet « Politiques de la terre à l’épreuve de l’Anthropocène » au Médialab de Sciences Po.

avec :

François Gemenne (Spécialiste de la gouvernance du climat et des migrations, directeur de l’Observatoire Hugo à l’université de Liège, enseignant à Sciences-Po et à la Sorbonne).

En savoir plus

François Gemenne est l'auteur, avec Aleksandar Rankovic et l’atelier de cartographie de Sciences-Po, d’un Atlas de l’Anthropocène (éditions Presses de Sciences Po, 2019). Une somme enrichie de planches et de graphiques très éloquents et autant de chapitres, réunissant l’ensemble des données et des enjeux sur la crise écologique de notre temps. "C’est un défi immense qui est posé à la théorie politique", rappelle le chercheur. Jusqu’ici, celle-ci a considéré le monde humain comme une entité distincte de la Terre, « dénaturalisée ». D’un côté, les lois des sciences sociales, de l’autre, celles des sciences naturelles. Il est temps de penser autrement, de reconnaître que les unes et les autres sont indissociables. Et d’en convaincre les politiques.

On parle de crise écologique. Or une crise, par définition, est éphémère, et donne la possibilité de revenir à l’état antérieur. La plupart des transformations que nous avons infligées à la planète sont irréversibles. L’idée d’Anthropocène est donc le contraire d’une crise, il faut sortir de ce narratif. On est au-delà d’une crise et il n’y aura pas de retour en arrière.

Publicité

Il faut être conscient que la raréfaction des ressources attise considérablement les tensions. L’enjeu, dès maintenant, est donc de mettre en place des mécanismes de coopération afin d’éviter que ces tensions ne se transforment en conflit.

Je pense que nous ne nous en sortirons pas sans un retour au cosmopolitisme, sans définir notre identité collective non pas par rapport à nos frontières, mais par rapport à la Terre.

Les dirigeants se font accrocher quand ils ne connaissent pas le prix d’une baguette de pain ou d’un ticket de métro, mais s’ils ne parviennent pas à expliquer le fonctionnement de l’effet de serre ça ne pose aucun problème.

>>> Extrait musical : "Anthropocene" de Peter Oren

>>> Pour en savoir plus sur :

1ère diffusion le 25 octobre 2019.

%C3%A0%20lire : Radiographies%20du%20coronavirus
Références

L'équipe

Dominique Rousset
Dominique Rousset
Justine Wild
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Catherine Donné
Collaboration