©Getty - © Luis Diaz Devesa
©Getty - © Luis Diaz Devesa
©Getty - © Luis Diaz Devesa
Publicité
Résumé

Nous analysons ce soir l'impact négatif et déroutant de l'extraterritorialité sur l'économie française avec Ali Laïdi, auteur du livre "Le droit, nouvelle arme de guerre économique. Comment les États-Unis déstabilisent les entreprises européennes" (2019).

avec :

Ali Laïdi (Docteur en science politique, co-fondateur de l'Ecole de la pensée sur la guerre économique, chroniqueur à France 24 où il est responsable du "Journal de l'Intelligence économique").

En savoir plus

L’extraterritorialité du droit américain a coûté cher aux entreprises françaises. Pourquoi ? Sont-elles plus coupables que les autres ou, plus prosaïquement, plus naïves ? L’intelligence économique est devenue une arme indispensable aujourd’hui (et la France accuse un certain retard en ce domaine). Il faut suivre tous ces enjeux, d’autant que les Américains ont mis au point un nouveau système sinon de corruption au moins de capture des marchés en amont.

On en parle ce soir en compagnie d'Ali Laïdi, spécialiste de la guerre et de l'intelligence économiques, du terrorisme islamiste, chroniqueur à France 24, responsable du Journal de l'Intelligence économique et auteur du livre Le droit, nouvelle arme de guerre économique. Comment les États-Unis déstabilisent les entreprises européennes (Actes Sud, 2019).

Publicité

Les Français, et plus largement l’ensemble de l’Europe continentale, semblent complètement démunis face à la situation : nous n’avons pas de pensée stratégique sur l’affrontement économique, et sur la concurrence économique, notamment lorsque l’un des acteurs franchit une ligne jaune [...]. En France on est très en retard : on ne comprend pas le principe de guerre économique.

A partir du moment où l’on reconnaît l’existence de la violence dans le champ économique, on reconnaît la légitimité de l’Etat à intervenir, car il est le seul à posséder notamment le monopole de la violence.

Il y a un profond décalage entre les visions européenne et anglo-saxonne. Nous, Européens, sommes restés à la conception smithienne du marché. Pour Adam Smith, le marché permet la rencontre d’un acheteur et d’un vendeur partageant la même information. Les Anglo-Saxons quant à eux, sont passés à la conception néoclassique, néolibérale, du marché. Pour Hayek, le marché est le lieu de la concurrence et c’est celui qui possède la meilleure information qui remporte la mise. 

>>> Extrait musical choisi par l’invité : "Blackstar" de David Bowie

>>> Pour en savoir plus :

Références

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Justine Wild
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration