Marteau de juge sur la carte du monde
Marteau de juge sur la carte du monde ©Getty - © aluxum
Marteau de juge sur la carte du monde ©Getty - © aluxum
Marteau de juge sur la carte du monde ©Getty - © aluxum
Publicité

La chute du Mur a consacré la victoire de la démocratie et donc du droit. Mais celle-ci pourrait bien être une victoire à la Pyrrhus tant elle semble s’être retournée en son contraire.

Avec
  • Benoît Frydmann

Avec la mondialisation et la déterritorialisation qu’elle implique, la souveraineté a perdu son rôle de créateur de règles. La nouvelle régulation se base sur des nouveaux dispositifs normatifs constitués d’indicateurs, de paramètres techniques et de classements, notamment les normes ISO, le benchmarking ou encore les agences de notation. On assiste à un retournement du droit et de la liberté au bénéfice d’une surveillance invisible, décentralisée et intériorisée. Y avons-nous gagné ? C’est la question que pose Benoit Frydman, professeur à l’Université Libre de Bruxelles, auteur d’un Petit manuel pratique de droit global

La chute du Mur, vue d’aujourd’hui, a été un coup d’accélérateur très important pour ce qu’on appelle la globalisation.

Publicité

Depuis la chute du Mur, on tend à nous normaliser à un système hyper capitaliste.

Les échanges sont mondiaux et le monde reste un espace non souverain. Alors qu’on pensait la régulation et la norme à partir de la souveraineté dans un cadre principalement national, […] on se rend compte tout d’un coup que ce n’est plus le cas car les biens, les personnes, les transactions financières, les gaz à effets de serres, circulent par-delà des frontières et qu’il va donc falloir des normes supranationales, et surtout globales.

>>> Extrait musical choisi par l'invitée : " Il est 5 heures, #Paris s'éveille" réinterprétée par An Pierlé.

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Justine Wild
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration