Le palais du Parlement de Bucarest, après la révolution roumaine de 1990. Il a été construit par Nicolae Ceaucescu et devait à l’origine être sa résidence personnelle.
Le palais du Parlement de Bucarest, après la révolution roumaine de 1990. Il a été construit par Nicolae Ceaucescu et devait à l’origine être sa résidence personnelle.
Le palais du Parlement de Bucarest, après la révolution roumaine de 1990. Il a été construit par Nicolae Ceaucescu et devait à l’origine être sa résidence personnelle.  ©Getty - Tom Stoddart Archive / Getty Images
Le palais du Parlement de Bucarest, après la révolution roumaine de 1990. Il a été construit par Nicolae Ceaucescu et devait à l’origine être sa résidence personnelle. ©Getty - Tom Stoddart Archive / Getty Images
Le palais du Parlement de Bucarest, après la révolution roumaine de 1990. Il a été construit par Nicolae Ceaucescu et devait à l’origine être sa résidence personnelle. ©Getty - Tom Stoddart Archive / Getty Images
Publicité
Résumé

Deux villes, Bucarest et New York, et deux auteurs, immenses visionnaires, à l'affiche, ce samedi, de Mauvais Genres.

avec :

Dot Pierson (Artiste multidisciplinaire), Mircea Cartarescu (Romancier, critique et théoricien littéraire), Alan Moore (Scénariste de bande dessinée et écrivain).

En savoir plus

Auteur, chez Noir sur blanc, du phénoménal Solénoïde, roman démentiel de plus de 800 pages, Cartarescu nous mène, via le journal d'un enseignant en proie à de redoutables démons intérieurs, à la découverte d'une Bucarest gothique et fantasmée où se croisent laissés pour compte et autres spectres grandioses. 

La parution, chez Urban comics, de la version annotée de Watchmen d'Alan Moore est non seulement un collector somptueux, mais également le moyen de comprendre l'étonnante conception, construction de ce chef-d'oeuvre de la bande dessinée. 

Publicité
Visuel couv. Watchmen
Visuel couv. Watchmen

Une évocation que redoublera celle des Swamp Thing du même, toujours chez Urban comics. Vision d'enfer, c'est, ce soir, dans Mauvais Genres.

  • La chronique de Céline du Chéné

Dans l'Encyclopédie pratique des mauvais genres de ce soir, Dot Pierson pour son premier livre : Douze, petit précis de pornographie,sorti au Nouvel Attila. 

Lien vers son instagram : @dot_pierson

visuel couv "Douze"
visuel couv "Douze"
  • La chronique de Christophe Bier

Il était une fois Jess Franco

En 2004, Jess Franco écrit ses mémoires, publiés en Espagne. Edgard Baltzer en est le traduction éclairé, dans une édition française richement illustrée. Son travail est enrichi d’études et de témoignages en annexe, ainsi que d’un appareil de notes abondantes, qui viennent éclairer le contexte historique, sans jamais rompre le verbe torrentiel et picaresque du cinéaste aux deux cents films. Franco se révèle en conteur généreux, bouffon et mélancolique. 

Les Mémoires de l’oncle Jess, de Jess Franco, traduction, compléments et notes d’Edgard Baltzer. Serious Publishing, 2019. 

  • La playlist

La playlist de cette semaine est issue d'une série de HBO : Chernobyl - Bande son de Hildur Guðnadóttir, publiée chez Deutsche Grammophon.

Références

L'équipe

Claire Poinsignon
Collaboration
Laurent Paulré
Réalisation
Christophe Bier
Chronique