Souviens-toi des monstres, Jean-Luc A. d'Asciano
Souviens-toi des monstres, Jean-Luc A. d'Asciano - Aux forges de Vulcain, 2019
Souviens-toi des monstres, Jean-Luc A. d'Asciano - Aux forges de Vulcain, 2019
Souviens-toi des monstres, Jean-Luc A. d'Asciano - Aux forges de Vulcain, 2019
Publicité

Rencontre avec Jean-Luc A. d'Asciano

Avec

Premier roman de Jean-Luc A. d'Asciano, publié aux excellentes Forges de Vulcain (qui nous offrent, par ailleurs, en cette fin de saison, ses classiques du fantastique anglais comme John Polidori), Souviens-toi des monstres nous immerge dans une Italie baroque et fantastique, en compagnie de deux frères siamois, Raphaël et Gabriel, et de leur famille de marins et de contrebandiers. Un tandem de freaks doté du pouvoir, à la seule force de leur chant, d'agir magiquement sur la réalité. Un chant d'amour à la gloire des chimères et autres merveilles de la nature. Lecture hautement conseillée.

La chronique de Céline du Chéné : 

Publicité
Affiche Exposition Parade, 25/05/2019
Affiche Exposition Parade, 25/05/2019
- Maison es Peuples et de la la Paix, Angoulême

Céline du Chéné reçoit dans l'Encyclopédie pratique des mauvais genres, Séverine Gallardo, artiste textile. A retrouver à l’occasion de l’exposition collective Parade où elle présentera notamment trois nouvelles parures de tête sous forme de défilé, à la Maison des peuples et de la paix, à Angoulême. Vernissage : le 25 mai 2019.

Halbo, 2018. Laine feutrée et tricot.
Halbo, 2018. Laine feutrée et tricot.
- Séverine Gallardo
Maurice, 2017. Laine feutrée et tricot.
Maurice, 2017. Laine feutrée et tricot.
- Séverine Gallardo
Franck, 2015. Cagoule en fil tricoté et crocheté + polystyrène et sequins.
Franck, 2015. Cagoule en fil tricoté et crocheté + polystyrène et sequins.
- Séverine Gallardo

La chronique de Christophe Bier : Elvifrance : l'éditeur le plus censuré

EF, Elvifrance
EF, Elvifrance

Pourvoyeuse de bédés érotiques en petit format, de 1970 à 1992, traduites de l’italien, Elvifrance fut la maison la plus censurée de l’édition française. Ses faits divers, ses récits gothiques, ses infernales héroïnes (Jacula, Luciféra, Zara), ses bidasses libidineux irritèrent la Commission de surveillance. Contre toute attente, Georges Bielec, le patron d’Elvifrance, ne courba jamais l’échine. Il s’opposa aux censeurs en acceptant leurs règles, condamnés au scandaleux dépôt préalable qui décourageait tous les éditeurs. Grâce aux archives récupérées et à ses recherches, Bernard Joubert, qui avait interrogé Bielec, raconte ce formidable bras de fer et les ruses déployées par le téméraire éditeur. L’ouvrage est également visuel, hommage au talent graphique des illustrateurs de couvertures de ces pockets bon marché. Des artistes contemporains proposent aussi des réinterprétations de ces couvertures.

Elvifrance l’infernal éditeur, de Bernard Joubert. United Dead Artists, Paris, 2018.

L'équipe