John Waters en 1988, époque "Hairspray".
John Waters en 1988, époque "Hairspray".
John Waters en 1988, époque "Hairspray". ©Getty - Sobli/RDB/ullstein bild via Getty Images
John Waters en 1988, époque "Hairspray". ©Getty - Sobli/RDB/ullstein bild via Getty Images
John Waters en 1988, époque "Hairspray". ©Getty - Sobli/RDB/ullstein bild via Getty Images
Publicité
Résumé

Grand soir à Mauvais Genres qui s'entretiendra avec l'une de ses icônes les plus glamoureuses, l'un de ses emblèmes les plus flamboyants : John Waters !

avec :

Zélie Doffémont (Dessinatrice et plasticienne. Son travail s'articule essentiellement autour de la nature, de la monstruosité et de la toxicité.), John Waters (Acteur, réalisateur, scénariste.).

En savoir plus

Surnommé le "Pape du Trash", le cinéaste, acteur et scénariste américain John Waters, vient de faire paraître aux éditions Actes Sud M. Je-sais-tout ou Conseils impurs d'un vieux dégueulasse. Usant de sa ville natale, Baltimore, comme d'un extraordinaire et monstrueux vivarium, il a su donner, depuis les années 60, une vision corrosive et dévastatrice, transgressive et roborative de l'American way of life. Vision qu'incarne au mieux son acteur-phare, le plantureux travesti Divine, et toute la horde de personnage qui traversent ses films, de Pink Flamingos (1972) à Serial Mother (1994), de Mondo Trasho (1968) à Cry Baby (1990).

Les propos de John Waters sont traduits par Xavier Combes
 

Publicité
.
.

Dans l'Encyclopédie pratique des Mauvais Genres

Céline du Chéné reçoit ce soir Zélie Doffémont pour son exposition collective à la Galerie Telmah, à Rouen ainsi que pour son exposition avec Anne Mathurin chez E2 Sterput à Bruxelles, du 11 mars au 18 avril 2021. 

My beast
My beast
- Zélie Doffémont

L’occasion de découvrir son livre de dessins en rouge et or Erzsebet, inspiré de la comtesse sanglante, Erzebet Báthory.

La chronique de Christophe Bier

Le ciné-photo-roman, continent perdu des magazines de cinéma

En France, plus de six mille titres furent publiés entre 1955 et 1965 : mélodrames, péplums, westerns, jungle, horreur et grands classiques (La Nuit du chasseur, La Chevauchée fantastique, Soupçons, Lola Montes). Sous la forme d’un roman-photo traditionnel, ils adaptent des films à l’aide de photogrammes, de photos de plateau et de phylactères. Une fille comme toi rend hommage à ces magazines hybrides, composant un récit inédit en agençant trois cents images non retouchées issues de cette presse oubliée.

Jan Baetens, Une fille comme toi, JBE Books, Paris, 2020
Jan Baetens, Une fille comme toi, JBE Books, Paris, 2020
Jan Baetens, Une fille comme toi, JBE Books, Paris, 2020
Jan Baetens, Une fille comme toi, JBE Books, Paris, 2020

Une fille comme toi, ciné-photo-roman de Jan Baetens, Jean Boîte Editions, Paris, 2020. 5ème volume de la collection « Uncreative Writings ».

  • A lire également

The Film Photonovel – A Cultural History of Forgotten Adaptations, de Jean Baetens, University of Texas Press, Austin, 2019. 

Références

L'équipe

Claire Poinsignon
Collaboration
Laurent Paulré
Réalisation
Philippe Rouyer
Chronique
Fausto Fasulo
Chronique
Christophe Bier
Chronique