François Hollande, entouré de chefs d'Etats du monde entier, lors de la "marche républicaine", du 11 janvier 2015 à Paris
François Hollande, entouré de chefs d'Etats du monde entier, lors de la "marche républicaine", du 11 janvier 2015 à Paris
François Hollande, entouré de chefs d'Etats du monde entier, lors de la "marche républicaine", du 11 janvier 2015 à Paris ©AFP - Eric Feferberg / AFP
François Hollande, entouré de chefs d'Etats du monde entier, lors de la "marche républicaine", du 11 janvier 2015 à Paris ©AFP - Eric Feferberg / AFP
François Hollande, entouré de chefs d'Etats du monde entier, lors de la "marche républicaine", du 11 janvier 2015 à Paris ©AFP - Eric Feferberg / AFP
Publicité
Résumé

Angela Merkel, la première, a souhaité participer à la manifestation du 11 janvier, suivi dans ce geste de solidarité par de nombreux chefs d’États. Ce jour-là, ce sont des millions de personnes qui vont défiler pour crier leur attachement aux valeurs de la République.

avec :

François Hollande (Homme d'Etat français (PS)).

En savoir plus

Après la chancelière allemande, plusieurs chefs d’États et de gouvernement annoncent qu’ils seront à Paris le 11 janvier. Parmi eux, Benyamin Netanyahou - le Premier ministre israélien vient en France exprimer sa solidarité avec la communauté juive, directement ciblée par le preneur d’otages de l’Hyper Cacher. L’organisation de la sécurisation de la manifestation tourne à la gageure, d’autant que le chef de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, annonce qu’il sera lui aussi présent dans le cortège. Cette image d’un front uni face à la violence terroriste fera le tour du monde.  

Une manifestation sans précédent

S’il s’en était tenu aux recommandations des services de sécurité, François Hollande n’aurait évidemment jamais accepté de réunir en tête de cortège tous ces dirigeants internationaux. Mais le président de la République est conscient que cette manifestation, ainsi conduite par quelques-uns des plus grands leaders politiques de la planète, est une réponse politique aux attentats qui viennent d’endeuiller la France. Dans un grand moment d’union nationale, les Français rappellent ce jour-là leur soutien à la liberté de la presse, ils renouvellent leur refus de l’antisémitisme et ils saluent le courage des forces de l’ordre.  

Publicité

La concorde ne durera pas : le 13 novembre 2015, alors que de nouveaux attentats vont ensanglanter le pays, la classe politique se déchirera. Mais l’esprit du 11 janvier, la volonté d’afficher son unité pour répondre à la violence, restera comme l’un des marqueurs du quinquennat de François Hollande. 

Une série en 4 épisodes produite par Elise Karlin, réalisée par Vincent Decque - prise de son : Lucien Lefebvre - coordination : Christine Bernard, Grégory Philipps.

Références

L'équipe

Elise Karlin
Production
Grégory Philipps
Coordination
Vincent Decque
Réalisation