Vue aérienne de l'Institut de virologie de Wuhan, où ont été menées des expérimentations sur des virus chimériques en 2019, par Peter Daszak et ses équipes
Vue aérienne de l'Institut de virologie de Wuhan, où ont été menées des expérimentations sur des virus chimériques en 2019, par Peter Daszak et ses équipes
Vue aérienne de l'Institut de virologie de Wuhan, où ont été menées des expérimentations sur des virus chimériques en 2019, par Peter Daszak et ses équipes ©AFP - Hector Retamal
Vue aérienne de l'Institut de virologie de Wuhan, où ont été menées des expérimentations sur des virus chimériques en 2019, par Peter Daszak et ses équipes ©AFP - Hector Retamal
Vue aérienne de l'Institut de virologie de Wuhan, où ont été menées des expérimentations sur des virus chimériques en 2019, par Peter Daszak et ses équipes ©AFP - Hector Retamal
Publicité
Résumé

À ce jour, aucune preuve n’invalide ni ne confirme les hypothèses de l'émergence de la Covid par l’animal ou par une fuite de laboratoire. Mais on sait que des expérimentations dangereuses ont eu lieu en laboratoire. L’épidémiologiste Renaud Piarroux vous guide, de fait en fait.

En savoir plus

Le rapport de l’OMS s’est abstenu de toute conclusion susceptible d’indisposer la Chine. À ce jour, aucune preuve n’invalide ni ne confirme les hypothèses de la transmission par l’animal ou de la fuite de laboratoire. Mais nous savons que des expériences de "gain de fonction", qui modifient génétiquement des virus, ont fabriqué des coronavirus de chauve-souris plus transmissibles, plus virulents. Dans quelle mesure le SRAS-CoV-2 pourrait être une "chimère" créée artificiellement ?

Des virus chimériques "trop risqués"

En 2021, est rendu public un rapport de recherche, financé par le National Institut of Health aux États-Unis, et coordonné par Peter Daszak. L'objet de ce programme était de comprendre comment les coronavirus de chauve-souris étaient capables de franchir la barrière d’espèce. Cette recherche se termine en mai 2019, mais le rapport n’est révélé qu’au printemps 2021, deux longues années plus tard.

Publicité

La dernière année de travail à l’Institut de virologie de Wuhan a été fructueuse, centrée sur les virus chimériques, ces virus modifiés génétiquement. L'équipe de Peter Daszak a recherché les mutations les plus dangereuses de coronavirus pour voir si on trouvait dans la nature des virus similaires. Ils envisageaient une vaccination préventive des chauves-souris pour éviter une pandémie humaine de Covid. Leur ambition est de faire plus qu'anticiper, mais d'agir pour protéger en prévention. Les résultats d'expérimentations sur des souris montrent une forte létalité du coronavirus chimérique ainsi créé. Un virus bien plus pathogène que celui qu'on ne trouve dans la nature a été fabriqué.

Décembre 2021 : Joe Biden annonce qu'il souhaite une nouvelle commission d'enquête indépendante pour déterminer l'origine de la Covid-19.

Juin 2022 : l'enquête officielle est toujours au point mort, mais des scientifiques indépendants continuent à enquêter sur la véritable origine de la Covid-19.

Un podcast original en 4 épisodes, raconté par l'épidémiologiste Renaud Piarroux, auteur de La vague. L'épidémie vue du terrain, publié aux CNRS éditions.
Réalisation : Eric Lancien. Conseillère au programme : Camille Renard. Documentaliste INA : Delphine Desbiens. Merci à Martine Piarroux.