C'est traditionnellement au sein d'un luxueux palace que se tient la réunion annuelle du groupe Bilderberg depuis 1954, et toujours encadrée par un important dispositif de sécurité (ici le Montreux Palace en Suisse qui a accueilli l'édition 2019)
C'est traditionnellement au sein d'un luxueux palace que se tient la réunion annuelle du groupe Bilderberg depuis 1954, et toujours encadrée par un important dispositif de sécurité (ici le Montreux Palace en Suisse qui a accueilli l'édition 2019)
C'est traditionnellement au sein d'un luxueux palace que se tient la réunion annuelle du groupe Bilderberg depuis 1954, et toujours encadrée par un important dispositif de sécurité (ici le Montreux Palace en Suisse qui a accueilli l'édition 2019) ©AFP - Fabrice Coffrini
C'est traditionnellement au sein d'un luxueux palace que se tient la réunion annuelle du groupe Bilderberg depuis 1954, et toujours encadrée par un important dispositif de sécurité (ici le Montreux Palace en Suisse qui a accueilli l'édition 2019) ©AFP - Fabrice Coffrini
C'est traditionnellement au sein d'un luxueux palace que se tient la réunion annuelle du groupe Bilderberg depuis 1954, et toujours encadrée par un important dispositif de sécurité (ici le Montreux Palace en Suisse qui a accueilli l'édition 2019) ©AFP - Fabrice Coffrini
Publicité
Résumé

Depuis près de 70 ans, le groupe Bilderberg réunit confidentiellement des personnalités comme Bill Clinton, Margaret Thatcher, Angela Merkel ou Emmanuel Macron, avec des financiers ou des grands noms de la presse. Depuis plus de 50 ans, il alimente des fantasmes complotistes : Bilderberg est accusé de cacher un gouvernement mondial secret. Cette société est née en 1954. Elle avait un objectif : unir les décideurs européens et américains face à la menace soviétique.

En savoir plus

Le groupe Bilderberg se réunit presque tous les ans depuis 1954. Son but : faire se rencontrer les grands décideurs américains et européens dans un cadre non officiel. Clinton, Thatcher, Merkel ou Macron y ont rencontré le banquier David Rockefeller, les PDG de Total, de Microsoft, d’Amazon ou des grands noms de la presse. Mais pour que la parole y soit libre, chaque invité est tenu de ne pas répéter à l’extérieur ce à quoi il a assisté. Cette confidentialité, entre des invités aux postes aussi puissants, alimente des fantasmes complotistes depuis plus de 50 ans : le groupe Bilderberg est accusé de cacher un gouvernement mondial secret. 

Du 29 au 31 mai 1954, la petite ville d’Oosterbeerk, aux Pays-Bas, accueille la première réunion d’une société confidentielle. Elle prend le nom du luxueux hôtel qui l’accueille : Bilderberg. En 1954, l’époque est à la construction européenne et à la guerre froide : Europe et Etats-Unis consolident leur union face à la menace soviétique. 69 personnalités européennes et américaines comme David Rockefeller, président de la Chase National Bank, Antoine Pinay, Guy Mollet, tous deux anciens présidents du Conseil des ministres français, ou les directeurs généraux d’Esso et d’Unilever, sont conviés à discuter des “problèmes de la civilisation occidentale”.

Publicité

La réunion est un succès et il est convenu de la répéter chaque année, toujours dans un endroit différent, avec des invités différents eux aussi, pour discuter avenir de l’OTAN, anticolonialisme ou menace communiste. Mais le secret est tellement bien respecté par les convives qu’il faut attendre 10 ans avant que les premières suspicions complotistes n’apparaissent. Elles naissent dans la droite conservatrice américaine pendant l’élection présidentielle de 1964, avant de parvenir en France en 1967 dans la presse d’extrême-droite.

Avec la participation d'Oliver Dard, historien, professeur à Sorbonne Université et d'Yves Poncelet, historien

Production : Romain Weber
Réalisation : Thomas Dutter

Archives INA : Véronique de Saint-Pastou
Mixage : Jean-Ghislain Maige
Lectures : Adèle Caglar et Thomas Dutter

Merci à Fabrice Laigle, réalisateur d’Affaires Sensibles sur France Inter.