Damas (Syrie), 24 août 2013 - Des soldats syriens sont vus au front de Jobar, près de la capitale de Damas, le 24 août 2013.
Damas (Syrie), 24 août 2013 - Des soldats syriens sont vus au front de Jobar, près de la capitale de Damas, le 24 août 2013.
Damas (Syrie), 24 août 2013 - Des soldats syriens sont vus au front de Jobar, près de la capitale de Damas, le 24 août 2013.  ©Maxppp - Bassem Tellawi / Xinhua News Agency/Newscom
Damas (Syrie), 24 août 2013 - Des soldats syriens sont vus au front de Jobar, près de la capitale de Damas, le 24 août 2013. ©Maxppp - Bassem Tellawi / Xinhua News Agency/Newscom
Damas (Syrie), 24 août 2013 - Des soldats syriens sont vus au front de Jobar, près de la capitale de Damas, le 24 août 2013. ©Maxppp - Bassem Tellawi / Xinhua News Agency/Newscom
Publicité
Résumé

Au printemps 2013, alors qu'ils entrent clandestinement en Syrie, Jean-Philippe Rémy et Laurent Van der Stockt ont un but alors que le régime de Bachar Al-Assad interdit l'accès : arriver à Damas pour témoigner du conflit qui oppose l’armée régulière et les rebelles des forces syriennes libres.

En savoir plus

Leur voyage commence à Yabroud, à 80 km au nord de Damas. Jean-Philippe Rémy et Laurent Van der Stockt sont entrés en Syrie par le Liban, grâce à un contact du photographe.

Le 12 octobre 2013 à Bayeux (Aure) Jean-Philippe Remy et le photographe Laurent Van der Stockt reçoivent le Trophée web-journalisme du prix Nikon pour leurs reportages Syrie, au cœur de la guerre.
Le 12 octobre 2013 à Bayeux (Aure) Jean-Philippe Remy et le photographe Laurent Van der Stockt reçoivent le Trophée web-journalisme du prix Nikon pour leurs reportages Syrie, au cœur de la guerre.
© Maxppp - Franck Castel/Wostok Press

Mais sur place, rien ne se passe comme prévu, il faut trouver de nouveaux passeurs et s’adapter aux changements de dernière minute. C’est finalement une toute petite brigade, la brigade Tahir Al-Sham, qui accepte de prendre les deux journalistes occidentaux sous sa protection. Elle va veiller à ce qu’ils atteignent la capitale en voyageant de nuit, tous feux éteints à travers le désert, dans le souci constant d’éviter les barrages et surtout, de ne pas être repérés par les forces régulières qui encerclent la poche rebelle de Damas.

Publicité

Jean-Philippe Rémy et Laurent Van der Stockt ont abandonné leur téléphone français : ils utilisent des téléphones syriens jetables, après avoir convenu d’un code avec Le Monde pour donner de leurs nouvelles sans mettre leurs hôtes en danger.

Une série produite par Elise Karlin et réalisée par Thomas Dutter. Mixage : Jean-Ghislain Maige