Le ministre du Budget sortant, Jérome Cahuzac, à Bercy au lendemain de sa démission, le 20 mars 2012 (Paris, France) ©AFP - Miguel Medina
Le ministre du Budget sortant, Jérome Cahuzac, à Bercy au lendemain de sa démission, le 20 mars 2012 (Paris, France) ©AFP - Miguel Medina
Le ministre du Budget sortant, Jérome Cahuzac, à Bercy au lendemain de sa démission, le 20 mars 2012 (Paris, France) ©AFP - Miguel Medina
Publicité
Résumé

Le 19 mars 2013, Jérôme Cahuzac, visé par une enquête pour blanchiment de fraude fiscale, démissionne du gouvernement. Ministre du Budget et fer de lance de la lutte contre les fraudeurs, il est soupçonné d’en être un lui-même, de fraudeur. Un délinquant en col blanc. Il dément avec véhémence, accuse Médiapart, le site qui a révélé l’affaire le 4 décembre 2012, de publier de fausses informations. Mais l’enquête est solide : elle s’appuie sur plusieurs mois de travail. Pourtant, le journaliste Fabrice Arfi a commencé à s’intéresser à Jérôme Cahuzac totalement par hasard...

En savoir plus

Juin 2010. Le simple conflit familial entre Liliane Bettencourt, héritière de l’Oréal, l’une des femmes les plus riches de France et sa fille Françoise Bettencourt-Meyers, devient du jour au lendemain un scandale politique. Médiapart révèle les liens de la milliardaire avec le ministre du Travail de Nicolas Sarkozy, Éric Woerth, alors soupçonné de délits financiers et de trafic d'influence.

Fabrice Arfi, pour les besoins de son enquête, contacte le président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, le socialiste Jérôme Cahuzac. Le journaliste est persuadé qu’il trouvera auprès de lui, membre éminent du PS, un appui dans ses recherches contre un proche de Sarkozy, ce président honni par la gauche.

Publicité

Surprise ! Il se produit exactement le contraire. Dans la tourmente, Jérôme Cahuzac défend publiquement Éric Woerth. L’homme va même au-delà : sitôt nommé au gouvernement, en 2012, il mandate un expert dans une autre affaire où Woerth est malmené, et soutient les conclusions d’un rapport qui exonère son adversaire. Un comportement en totale contradiction avec les pratiques des hommes politiques français, parmi lesquels il est d’usage que les malheurs d’un camp fassent le bonheur de l’autre.

Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart, dans ses bureaux, le 2 juillet 2019
Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart, dans ses bureaux, le 2 juillet 2019
© AFP - Joël Saget

Intrigué, Fabrice Arfi décide de s’intéresser d’un peu plus près à Jérôme Cahuzac. Et il découvre rapidement que le train de vie du nouveau ministre du Budget ne concorde pas avec que les sommes qu’il déclare aux impôts.

Une série produite par Elise Karlin et réalisée par Thomas Dutter.   Mixage : Audrey Guellil et Jakez Hubert

A lire sur Mediapart

Le dossier complet : le compte Cahuzac

Fraude fiscale, contrôle des élus... Ce que l'affaire Cahuzac a changé