Nicolas Hulot, alors ministre de l'écologie en janvier 2018, quelques semaines après le début de l'enquête par Virginie Vilar pour Envoyé Spécial
Nicolas Hulot, alors ministre de l'écologie en janvier 2018, quelques semaines après le début de l'enquête par Virginie Vilar pour Envoyé Spécial ©AFP - CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Nicolas Hulot, alors ministre de l'écologie en janvier 2018, quelques semaines après le début de l'enquête par Virginie Vilar pour Envoyé Spécial ©AFP - CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Nicolas Hulot, alors ministre de l'écologie en janvier 2018, quelques semaines après le début de l'enquête par Virginie Vilar pour Envoyé Spécial ©AFP - CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Publicité

Automne 2017. Dans la foulée de l’affaire Weinstein et du mouvement #MeToo qui a libéré la parole des femmes victimes de violences sexuelles aux États-Unis, des journalistes français décident d’enquêter sur des personnalités publiques de l’Hexagone. Très vite, ils s’intéressent à Nicolas Hulot.

Avec
  • Laurent Valdiguié Journaliste d'investigation pour Marianne
  • Virginie Vilar Journaliste - reporter pour l'émission Envoyé Spécial sur France 2

Lorsqu’on lui souffle le nom de Nicolas Hulot, Virginie Vilar, grand reporter pour l’émission Envoyé Spécial, est très étonnée : il est ministre de la Transition écologique depuis mai 2017, numéro 3 du gouvernement d’Edouard Philippe, ancien animateur vedette de TF1, et l’une des personnalités préférées des Français.

S’il jouit d’une réputation de séducteur, la journaliste, après seulement quelques coups de téléphone, découvre des comportements qui relèvent davantage du harcèlement sexuel que de la drague. Mais elle se heurte, chaque fois, à un refus de témoigner publiquement : les femmes redoutent la confrontation avec un ministre si populaire. En novembre 2017, lorsque Nicolas Hulot apprend que Virginie Vilar enquête sur lui, il l’appelle directement pour l’inciter à la prudence…

Publicité

"Il était en panique, il ne s'en cachait pas. C'était l'objet de son appel, pour dire "Regardez ce que je suis en train de vivre, les journalistes s'acharnent sur moi et sont en train de me faire vivre un enfer. Le journal Ebdo va sortir quelque chose, et vous les journalistes d'Envoyé Spécial, vous ne me lâchez pas. Il a parlé d'inquisition. C'était quelques jours avant la parution de l'article du journal Ebdo." Virginie Vilar

Une affaire en cache une autre

En effet, au même moment, Laurent Valdiguié, journaliste d’investigation au magazine Ebdo, s’intéresse lui-aussi à Nicolas Hulot. Quelques semaines plus tôt, il a su que le nom du ministre était apparu au cours des auditions menées dans le cadre de l’affaire Denis Baupin, député EELV accusé de violences sexuelles.

"Dans l'affaire Baupin, une des femmes se plaint de Hulot sans le citer. Le milieu écolo est un petit milieu dans lequel Hulot a des amis et des ennemis. C'est un milieu assez féminin. Dans ce milieu écolo, l'enquête Baupin réveille une rumeur, de l'ordre de la légende urbaine, que Hulot a la main lourde avec les femmes." Laurent Valdiguié

Laurent Valdiguié découvre alors que Nicolas Hulot a fait l’objet d’une plainte pour viol 10 ans plus tôt, en 2008. Cette plainte n’a donné lieu à aucune enquête. Les faits étant prescrits, elle a été classée sans suite. Mais les gendarmes ont jugé les accusations portées contre lui suffisamment graves pour auditionner le ministre. Et Laurent Valdiguié, après avoir eu confirmation de l’existence de cette plainte, commence à chercher quelle femme a décidé de porter plainte malgré la prescription…

28 min

Un podcast produit par Elise Karlin, réalisé par Vincent Decque. Conseiller aux programmes : Grégory Philipps.

Avec Laurent Valdiguié, journaliste d’investigation, journaliste au magazine Ebdo entre novembre 2017 et mars 2018 et Virginie Vilar, grand reporter pour l’émission Envoyé Spécial sur France 2.