Publicité
En savoir plus
Radio panique
Radio panique

Radio panique © Radio France

Les nombreux messages d'auditeurs, amers ou en colère, après l'émission du samedi 9 janvier, imposent une explication. Mon intention n'était en aucun cas de piéger les auditeurs, ni de tracer une ligne de partage entre crédules et incrédules, encore moins entre auditeurs prétendument « malins » et auditeurs soi-disant « naïfs ». Si naïveté il y a eu, elle m'incombe. J'ai pensé que la suite de l'émission expliciterait naturellement la dimension fictive de l'information donnée à 14H30. L'émission de samedi portait sur l'analyse de moments historiques de la radio : Maremoto de Gabriel Germinet, La Guerre des Mondes d'Orson Welles, Plate-Forme 70 de Jean Nocher. Chacune de ces émissions invite à une réflexion sur le pouvoir de la radio, sur le maniement délicat de l'anticipation - qui flirte parfois avec la science-fiction -, sur les techniques employées pour faire croire à une nouvelle fictive, et enfin sur l'importance du contexte dans la réception d'une information. Autant de questions qui me semblent importantes pour comprendre la radio d'hier, mais aussi d'aujourd'hui. C'est pourquoi il me semblait pertinent de ne pas traiter ce genre radiophonique particulier sur un mode uniquement rétrospectif, en donnant aux auditeurs l'occasion d'éprouver au présent cette expérience. Je suis désolé si le choix de ce dispositif a choqué certains d'entre vous. Joseph Confavreux

Publicité
Références

L'équipe

Laurent Paulré
Réalisation
Thierry Beauchamp
Collaboration