Jack London, janvier 1916
Jack London, janvier 1916
Jack London, janvier 1916 ©Getty - Hulton Archive
Jack London, janvier 1916 ©Getty - Hulton Archive
Jack London, janvier 1916 ©Getty - Hulton Archive
Publicité
Résumé

Le cinéaste Robert Guédiguian évoque sa passion sincère pour Martin Eden, publié en 1909 par l'écrivain américain Jack London.

En savoir plus

Robert Guédiguian, qui a souvent ancré ses films dans sa ville natale  à Marseille, nous embarque à Bamako en 1962 juste après l’indépendance. Twist à Bamako propose un conte politique  où se mêlent histoires d’amours et jours heureux, ces moments d’émulation collectives ou tout semble encore possible.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Robert Guédiguian parle de socialisme, et dans un livre d’entretien qu’il vient de publier aux Editions des liens qui libèrent, Les lendemains chanteront-ils encore ? , il évoque aussi les espoirs déçus et les inquiétudes à venir. Et bien l’œuvre  qu’il a choisi est peut être à la racine de ce savant mélange des genres. Un roman culte, une fable sociale avec toujours ce même ressort narratif, l’amour. 

Publicité

En savoir plus : Robert Guédiguian : "Créer du collectif dans la vie quotidienne et dans l'art"

En savoir plus : Martin Eden, double de Jack London ?

Références

L'équipe

Mattéo Caranta
Production
June Loper
Réalisation