France Culture
France Culture
Publicité

Et voilà notre nouveau ministre de l’économie, du redressement productif et du numérique en position d’aller batailler à Bruxelles pour tenter de faire « bouger l’Europe. »

Arnaud Montebourg rappelait cette semaine qu’il avait en commun avec Manuel Valls d’avoir voté « non » au référendum de 2005 sur la constitution européenne.

Publicité

Il brocardait récemment « les états de service peu brillants de la Commission qui aurait fait de l’Europe la seule région au monde ne connaissant pas la croissance. Pire encore, qui doit faire face à un risque de déflation. »

Il croit donc, notre nouveau ministre, à la possibilité de réorienter l’Europe, parce que, je le cite toujours, « pour le moment c’est l’Europe qui nous réoriente dans un sens « austéritaire ».

Austéritaire.

Vous ne trouverez pas le mot dans le dictionnaire.

C’est un néologisme utilisé par les eurosceptiques pour dénoncer les politiques d’austérité systématiquement mises en œuvre dans les pays de l’Union.

On peut lui trouver deux origines grammaticales.

La première consiste à le considérer comme l’adjectif en « itaire » dérivé du nom « austérité ». A l’image d’égalité qui donne « égalitaire », de parité qui donne "paritaire", ou d’hérédité qui donne "héréditaire".

Dans cette première hypothèse, « austéritaire » viendrait souligner le passage d’un état conjoncturel (l’austérité) à une tendance lourde et structurelle. Reprenons l’exemple du couple « égalité/égalitaire ». Le mot « égalité » désigne la qualité de deux choses égales tandis que l’adjectif « égalitaire » se dit d’une situation qui vise à l’égalité. De la même façon, « austéritaire » désignerait un mouvement durable vers l’austérité et pas uniquement un état transitoire. La politique économique de l’Union ne se définirait pas seulement par le fait qu’on puisse la qualifier, à un moment donné, d’austérité mais par le fait qu’elle ait pour destination, pour vocation, l’austérité.

Dans ce cas, elle ne serait pas seulement un moyen mais une fin.

La seconde origine possible du mot « austéritaire » conduit à le considérer comme un mot valise construit à partir des mots « austérité » et « autoritaire ».

Il décrirait alors une austérité imposée de manière autoritaire.

Quelle que soit l’origine que l’on choisisse, le terme « austéritaire » dit bien la difficulté de la tâche. Car Monsieur Montebourg ne devra pas seulement infléchir une politique mais ébranler les fondements même de l’union monétaire, à savoir les contraintes budgétaires inscrites dans sa constitution.