Des réfugies Rohingyas originaires de Birmanie arrivent sur les rives du village de Lancok en Indonésie.
Des réfugies Rohingyas originaires de Birmanie arrivent sur les rives du village de Lancok en Indonésie.
Des réfugies Rohingyas originaires de Birmanie arrivent sur les rives du village de Lancok en Indonésie. ©AFP - © Chaideer Mahyuddin
Des réfugies Rohingyas originaires de Birmanie arrivent sur les rives du village de Lancok en Indonésie. ©AFP - © Chaideer Mahyuddin
Des réfugies Rohingyas originaires de Birmanie arrivent sur les rives du village de Lancok en Indonésie. ©AFP - © Chaideer Mahyuddin
Publicité
Résumé

Dans "Nos géographies" ce soir, nous suivons les parcours de migrants, multiples, hommes, femmes, familles entières, de part et d’autre de la planète. Avec David Lagarde, géographe, et Catherine Wihtol de Wenden, politologue.

avec :

David Lagarde (Cartographe - Chercheur en Sciences Sociales au CNRS), Catherine Wihtol de Wenden (Politiste, spécialiste des migrations internationales et directrice de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po)).

En savoir plus

Des parcours de migrants, multiples, incessants, hommes, femmes, familles entières, de part et d’autre de la planète. Ils sont parfois riches, instruits et sollicités. Ils sont plus souvent en quête d’une vie meilleure, de travail, d’un climat plus clément, de sécurité quand ils fuient un pays en guerre. Ils espèrent s’installer ailleurs ou au contraire revenir chez eux, ils perdent rarement le contact avec ceux qu’ils ont laissés et ils leur enverront une bonne part de leurs gains. Ces parcours sont difficiles, partout les barrières et les réglementations se dressent et ils sont dangereux, comme le rappellent les drames fréquents, au large des côtes du Sud de l’Europe ou à la frontière américaine. 

Dans un monde où la mobilité est considérée comme un facteur essentiel de modernité, la question des migrations demeure un enjeu majeur au XXIème siècle, un défi à la communauté internationale qui peine à installer une gouvernance mondiale sur le sujet. 

Publicité

Avec David Lagarde, géographe, docteur en géographie, chercheur contractuel et chercheur associé - CNRS, LISST, Institut français du Proche-Orient (Amman) et Catherine Wihtol de Wenden, politologue, directrice de recherches émérite CNRS (CERI-Sciences-Po). Elle signe Atlas des migrations. De nouvelles solidarités à construire avec Madeleine Benoit-Guyod, cartographe-géographe, sixième édition (Éditions Autrement Collection Atlas/Monde). 

Ordres de grandeurs et catégorisation 

Nous sommes 7,7 milliards d’habitants sur cette planète dont 1 milliard sont en situation de mobilité, qu’il s’agisse de migrations internes (75 % des cas) ou internationales (25 %). Ces migrations concernent quasiment toutes les régions du monde, l'Europe bien sûr mais aussi le Proche et Moyen-Orient, ainsi que l'Amérique latine, l'Afrique et l'Australie. 

Il y a des quantités de classification possibles des migrants. Selon la définition des Nations Unies, qui sert de comptage pour l'ensemble des migrations, c'est quelqu'un qui est né dans un pays, qui vit dans un autre pays que le sien, pour une durée égale ou supérieure à un an. Donc, la migration, c'est l'idée du déplacement géographique, alors que l'étranger, c'est un non-national. C'est une définition juridique. Catherine Wihtol de Wenden 

À l'intérieur des 272 millions de migrants internationaux, qui ont traversé une frontière, il y a des quantités de catégories, comme les travailleurs (qui sont, à l'échelle mondiale, mais pas en Europe, les plus nombreux), le regroupement familial, les réfugiés (on oppose à tort les réfugiés et les migrants. Les réfugiés sont des migrants forcés. Les autres sont considérés comme volontaires). On a des étudiants, des qualifiés, les mineurs isolés non-accompagnés... On a aussi beaucoup de sans-papiers, etc. Catherine Wihtol de Wenden 

Le géographe David Lagarde a écrit une thèse et des articles sur l’exode syrien et les parcours des réfugiés entre 2011 et 2015.

Je me suis intéressé à ces déplacements de population sur le temps long et j'ai essayé de voir comment les mobilités à l'échelle régionale au Proche-Orient, la mobilité des Syriens avant le début du conflit pouvaient influencer les parcours d'exil des personnes qui ont été contraintes de fuir après 2011. On voit que les raisons de ces départs sont multiples. À chaque fois, le dénominateur commun, c'est le déclenchement du conflit. Mais ce n'est pas forcément le fait de fuir le conflit. Ça peut être, aussi, la crise économique générée par le conflit, qui contraint certaines familles à partir pour essayer de continuer à avoir les moyens économiques de survivre. David Lagarde

Cartographier les migrations

Depuis 2015 et ce qu’on a appelé de manière un peu abusive la crise des migrants en Europe, on a assisté à la publication d'énormément de cartes dans les médias, dans des rapports d'experts, sur les migrations de la Syrie principalement vers l'Europe. Et c'est là où la carte peut poser un peu problème, quand elle focalise son attention sur l'Europe alors que les déplacements de réfugiés syriens se font, de très loin, vers les pays limitrophes au Moyen-Orient. On a au total 5,6 millions de réfugiés syriens dans le monde dont 4,6 millions sont accueillis dans les pays limitrophes du Moyen-Orient. David Lagarde

On a énormément de cartographies montrant les migrants qui se dirigent vers l'Europe avec des flèches très épaisses par rapport à l'importance des flux migratoires. Il y a un risque de biais très important parce que c'est l'idée, un peu, de l'invasion, de la guerre, de la conquête, etc. Pour les gens qui dénoncent l'idée fausse du grand remplacement, ils ont là les arguments pour dire : "Voilà, ils arrivent tous, ils vont nous submerger...". Catherine Wihtol de Wenden

La crise de l'accueil

La crise de 2015, c'est la crise de l'accueil, la crise de solidarité entre les pays européens. Je rappelle que le principe de solidarité est inscrit dans le traité de Lisbonne et que l'Europe a été très faible, car elle n'a pas sanctionné les pays comme la Hongrie, la Pologne et quelques autres qui ont dit : "Nous, on ne veut pas de réfugiés. Si on prend des réfugiés, on ne va prendre que des réfugiés chrétiens, mais pas d'autres", alors qu'ils reçoivent des fonds structurels européens. Il y a eu des décisions de la Cour de justice de l'Union Européenne, mais qui n'ont eu aucun effet sur la décision de ces pays de ne pas accueillir de réfugiés. Catherine Wihtol de Wenden

Il y a un fait qui illustre bien cette crise de l'accueil en Europe, c'est les difficultés que les gouvernants européens ont à se mettre d'accord pour se répartir quelques dizaines de milliers de réfugiés qui croupissent dans des hotspots en Grèce depuis des mois, des années. On n'arrive pas à trouver d'accord pour offrir des conditions d'accueil et d'installation dignes à ces personnes sur le territoire européen. David Lagarde

Pour en savoir plus 

Sur Catherine Wihtol de Wenden
Sa présentation par l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)
Ses publications disponibles sur le site cairn.info
• "Les migrations au XXIe siècle" une participation de la directrice de recherche à l'émission Le Dessous des Cartes sur Arte
•"Géopolitique des migrations" la participation de Catherine Wihtol de Wenden au podcast "Comprendre le monde" présentée par Pascal Boniface

Sur David Lagarde
Sa présentation et ses publications par le Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST)
• "Comment cartographier les circulations migratoires ? Quelques pistes de réflexions à partir du cas des exilés syriens" une publication du docteur en géographie disponible sur le site Géoconfluences de l'École Normale Supérieure de Lyon 

Extraits sonores 

Morceau choisi par David Lagarde : "Haram" par Refugees Of Rap ft. Nadin - Album : Haram - Label : Rebeat Digital

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Morceau choisi par Catherine Wihtol de Wenden : "Clandestino" par Manu Chao - Album : Radio Bemba Sound System (2002) - Label : Radio Bemba

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Morceau de fin d'émission : "La Ballade des clandestins" par Arthur H - Album : Soleil Dedans (2014) - Label : Polydor

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Dominique Rousset
Dominique Rousset
Jeanne Delecroix
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation