France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Cette fois, nous sommes à la frontière de l’Inde et du Népal, entre le 8ème et le 12ème siècle, chez les mortels. Le sage Gorakhnath, né à Gorakhpur, était il n’y a pas si longtemps le saint patron de la monarchie népalaise, renversée par les maoïstes en 2007 pour faire place à la République démocratique fédérale du Népal en 2008. Il est aussi le saint patron de l’ordre des Nath Yogis, maîtres du Hatha Yoga, des purs et durs. Pour un tel personnage, il fallait une naissance extraordinaire. Eh bien, il en a cinq, pas une de moins.

La première version est simple. Gorakhnath naquit de la sueur de la poitrine du dieu Brahma, créateur du monde. Ce créateur imparfait tombé amoureux de sa fille nouvellement créée se retira du monde, honteux de sa faute. Que serait sa sueur ? Des gouttes de désir incestueux ?

Publicité

La deuxième version part d’une bouse de vache. Un sage y trouva l’enfant, le sortit de là et lui apprit le yoga. Bon.

Troisième version, où l’on retrouve le dieu Shiva et son épouse Parvati flirtant sur le bord de la mer et Matsya, le poisson transformé en homme, écoute, tout ouïe. Une femme passe, Matsya lui donne un petit cadeau en lui promettant un fils si elle mange le cadeau. Je m’abstiendrai de toute interprétation érotique tellement elle va de soi. Mais la femme jeta le petit cadeau sur le toit d’une cabane construite en bouses de vaches séchées comme on en voit dans toute l’Inde aujourd’hui, ce sont des réserves de combustibles fort peu écologiques.

Matsya repassa sur le bord de la plage douze ans plus tard et demanda à la femme où se trouvait leur fils. La femme protesta, « mais je n’ai pas de fils ! »

-Bien sûr que si ! cria Matsya le Poisson.

Et il trouva son fils de douze ans caché dans la réserve de bouses. Il lui enseigna le yoga.

Quatrième version, très étrange. Cette fois, ce n’est pas Gorakhnath qui naît, mais son maître Matsya. Gorkaknath se cherchait un maître et offrit aux vagues de la mer du pain posé sur une feuille de pipal, le peuplier de l’Inde. Un poisson avala le tout et, douze ans plus tard, l’océan recracha un enfant de douze ans. C’était Matsya, nommé Matsyendra, qui enseigna le yoga etc.

Cinquième version, la plus drue, la plus crue. Gorakhnath est le fils du dieu Shiva et d’une vache. Il ne faut pas se tromper sur la vertu de la bouse de vache : comme tout ce qui sort de l’animal sacré, le lait, le caillé, le beurre, l’urine et la bouse sont de première utilité pour l’homme. L’urine de vache désinfecte les sols, la bouse sert à faire du feu. Il existe même une boisson à base de ces cinq éléments, on me l’a proposé en Inde, mais je n’ai pas de goût pour la bouse de vache, même diluée dans le lait.

Références

L'équipe

Luc-Jean Reynaud
Réalisation