Publicité
En savoir plus

Allons au Mali, dans le pays dogon, sur les falaises de Bandiagara, pas très loin de Mopti. Il s’agit de la création du monde. Amma, dieu créateur, s’y reprit à deux fois, une première fois avec la graine d’acacia, une seconde avec la minuscule graine de fonio qui se sépara en deux placentas où nageaient, animés par la parole divine, deux paires de poissons silures, les quatre Nommo, dotés de dents pointues. Première étape réussie. Amma créa les étoiles et les mondes avant de créer les jumelles des Nommo.

Mais l’un des quatre Nommo était trop impatient, et se mit à circuler dans le monde placentaire, histoire de rivaliser avec son créateur. Finalement, trop pressé, il creva son placenta, en emporta un morceau et vola la graine d’acacia de la première genèse. Ce Nommo fou s’appelait Ogo.

Publicité

Le morceau de placenta devint la terre. Ogo essaya de créer avec la graine d’acacia, qui ne donna que les insectes et les fruits des épineux. Alors, furieux, il se mit à gratter la terre pour chercher sa jumelle, y creusa des trous, et commit l’inceste avec le morceau de placenta. Des êtres naquirent, mal fichus, tout petits, décolorés, les Yeban. Cela ne fit pas l’affaire d’Ogo, qui remonta au ciel chercher sa jumelle, qui venait d’être créée. Amma, le créateur, la protégea en la cachant avec l’autre paire de Nommo. Et la guerre éclata entre Ogo et Amma.

Ogo vola la graine de fonio, Amma créa la fourmi et le termite pour en venir à bout.

Ogo fit des semailles qu’Amma fit écraser par la queue d’un Nommo. C’était un tel désordre qu’Amma dut recommencer tout à zéro.

Mais cette fois, il sacrifia l’un des trois Nommo restant, en l’émasculant. Il fallait bien ! Puisque l’un des Nommo s’était échappé, Amma voulut rétablir la symétrie. Il se couvrit de jaune, prit la forme d’un renard et trancha le pénis et les testicules du Nommo qu’il voulait sacrifier. Comme ça, la jumelle d’Ogo ne commettrait pas l’inceste.

Ogo vola les quatre « âmes de sexe » du sacrifié et se les fourra dans le prépuce. Sauf qu’un de ses frères Nommo le circoncit avec ses dents pointues, récupérant ses âmes de sexe. Ogo avala la semence du Nommo sacrifié, mais l’un de ses frères fouilla dans sa gorge, réavala la semence et lui trancha les cordes vocales. Alors Amma se fâcha.

Il le transforma en renard pâle, dieu du désordre, vulpes pallidus au poil clair. Sa queue de poisson devint touffue, ses nageoires devinrent des pattes. Il n’a plus la parole, il glapit. Mais il lui reste un peu de sa divinité. Quand les devins ont préparé la grande table de sable ponctuée de cacahuètes, le Renard Pâle vient la nuit laisser des traces de pattes qui sont autant de signes qu’on peut interpréter. Ogo le renard ne répare pas le désordre qu’il a semé dans le monde, mais il essaye en dévorant les graines d’arachide. Ensuite, les devins parlent à sa place.

Pour d’autres, Amma voulut s’accoupler avec la Terre qu’il avait créé, mais il fut gêné par son clitoris, une termitière. Le dieu de la création excisa la termitière gênante, pénétra la Terre et de cette union, naquit l’enquiquineur suprême, le fameux Renard Pâle qui guide les devins.

Références

L'équipe

Luc-Jean Reynaud
Réalisation