Portrait de Soliman 1er attribué au Titien, vers 1530 -  Titien  (1490–1576)
Portrait de Soliman 1er attribué au Titien, vers 1530 - Titien (1490–1576)
Portrait de Soliman 1er attribué au Titien, vers 1530 - Titien (1490–1576)
Publicité
Résumé

Les gourmandises du sultan sont au croisement de l'Asie centrale, de la méditerranée, de la Perse, de la péninsule arabique et de l'extrême orient. Michèle Barrière nous détaille les mets qui ont régalé le palais de Soliman le Magnifique.

avec :

Michèle Barrière (historienne et écrivaine).

En savoir plus

Si le sultan mange seul, il est le père nourricier de l'empire et en premier lieu de ses janissaires dont l'emblème était une cuillère en bois et le totem le chaudron (kazan) titre donné aux officiers du Palais où le chef cuisinier règne bien au-delà de sa cuisine.

Les saveurs partagées par les marchands vénitiens, juifs, arméniens ou grecs sont toujours à la base des gastronomies du pourtour méditerranéen.

Publicité
baklavas d'Istanbul (Turquie)
baklavas d'Istanbul (Turquie)
© AFP - SALIH ZEKI FAZLIOGLU / ANADOLU AGENCY

Parmi les ingrédients d'Asie centrale le yaourt et la pâte feuilletée (yufka) enveloppe les baklavas baignés de sucre et des feuilletés au fromage ou à la viande (böreks) on mange aussi des boulettes de viande (keftas) des farcis (dolma). Le café et le goût du sucré sont venus d'Arabie, le riz de Perse ou de l'orient. Préparé en pilaf il était réservé au Sultan et aux élites.

Références

L'équipe

Alain Kruger
Production
Marie Plaçais
Réalisation
Daphné Abgrall
Collaboration