Capture d'écran Faire pleurer les nuages
Capture d'écran Faire pleurer les nuages
Capture d'écran Faire pleurer les nuages
Capture d'écran Faire pleurer les nuages
Capture d'écran Faire pleurer les nuages
Publicité
Résumé

Marie Luce Nadal fille d’une longue lignée de vignerons Catalan cultive la nature, la brume et les nuages. Entre production artistique, culture viticole et utopie elle fabrique du vaporeux et rêve.

avec :

Marie Luce Nadal (scénographe et plasticienne).

En savoir plus

S’il faut espérer qu’au loin s’en iront les nuages, elle a expérimenté une arbalète pour les faire pleurer, duel contre les gros porteurs de grêle, qui va gagner ? Réussira-t-elle à les vaincre ? Comment pourrions-nous l'aider ?

Le rapport de l’Antiquité au cosmos se déroulait autrement : dans l’ivresse. L’ivresse est bien l’expérience par laquelle nous nous assurons seuls du plus proche, et du plus lointain, et jamais de l’un sans l’autre. Mais cela veut dire que l’homme ne peut communiquer en état d’ivresse avec le cosmos qu’en communauté. C’est le signe d’un égarement inquiétant du moderne que de tenir cette expérience pour insignifiante, évitable, et que de la laisser à l’individu en la considérant comme un rêve exalté pour belles nuits étoilées. Vers le planétarium Walter Benjamin

Publicité
Exposition au Centre d'art contemporain Les Tanneries
Exposition au Centre d'art contemporain Les Tanneries

Actualité

Du 22 avril au 27 aout 2017, l’exposition collective « L’Eternité par les astres » au centre d’art Les Tanneries à Amilly, curatée par Léa Bismuth et librement adaptée de l’ouvrage d'astronomie « L’Eternité par les astres » d’Auguste Blanqui. A découvrir les œuvres de Juliette Agnel, Charlotte Charbonnel, Guy Debord, Rebecca Digne, Louise Hervé et Chloé Maillet, Marie-Luce Nadal, Mel O’Callaghan, Edouard Wolton, Jérôme Zonder.

Le 24 juin 2017 , performance "Le Vain des Grâces", plantation, scellement et dégustation de la vigne et du vin vain des grâces et de ses diverses bifurcations.

Seul le chapitre des bifurcations reste ouvert sur l’espérance. N’oublions pas que tout ce qu’on aurait pu être ici-bas, on l’est quelque part ailleurs. Auguste Blanqui