Le faisan mort, Chaïm Soutine, 1926/27
Le faisan mort, Chaïm Soutine, 1926/27 ©Getty - Sepia Times
Le faisan mort, Chaïm Soutine, 1926/27 ©Getty - Sepia Times
Le faisan mort, Chaïm Soutine, 1926/27 ©Getty - Sepia Times
Publicité

Les tourments qui traversent l'esprit de Chaïm Soutine transparaissent souvent dans les formes oblongues des corps et des visages représentés, parfois monstrueux, inquiétants... déformés ?

À première vue, la réponse est : oui. Regardez ce Groom aux traits disproportionnés, ou ce portrait d’Émile Lejeune dont le visage est tellement brouillé qu’on dirait qu’un verre d’eau s’est renversé sur la toile. Difficile de ne pas se dire que Soutine a volontairement déformé ses sujets, comme pour faire un pied de nez aux canons esthétiques en vigueur.

Ecoutez la chronique "Ouh là l'Art" en intégralité ci-dessus.

Publicité

L'équipe