La peintre américaine Georgia O'Keeffe (1887-1986) devant une de ses oeuvres appartenant à la série "Pelvis - Red With Yellow" (Nouveau-Mexique,1960)
La peintre américaine Georgia O'Keeffe (1887-1986) devant une de ses oeuvres appartenant à la série "Pelvis - Red With Yellow" (Nouveau-Mexique,1960) ©Getty
La peintre américaine Georgia O'Keeffe (1887-1986) devant une de ses oeuvres appartenant à la série "Pelvis - Red With Yellow" (Nouveau-Mexique,1960) ©Getty
La peintre américaine Georgia O'Keeffe (1887-1986) devant une de ses oeuvres appartenant à la série "Pelvis - Red With Yellow" (Nouveau-Mexique,1960) ©Getty
Publicité

Georgia O'Keeffe est connue pour ses peintures quasi photographiques, représentant souvent des fleurs vues de très près, cherchant à contraindre le spectateur à regarder ce qu'il a sous les yeux et qu'il ignore parfois.

C’est une des plus grandes artistes de sa génération, mais n’allez pas la présenter comme "femme artiste" : Georgia O’Keeffe faisait passer l’art bien avant le genre. A tel point que sa garde-robe était volontairement austère, de manière à évacuer pour de bon le sujet de la féminité auquel les critiques ne cessaient de la ramener. N’allez pas croire non plus que si elle peignait des fleurs, c’était par goût. Au contraire, elle lance haut et fort : "Je déteste les fleurs. Je les peins uniquement parce qu’elles sont moins chères que des mannequins et qu’elles ne bougent pas."  

Ecoutez la chronique "Ouh là l'Art" en intégralité ci-dessus.

Publicité

L'équipe