Une cabane de cinéma : la serre du bonheur
Une cabane de cinéma : la serre du bonheur - Agnès Varda, Galerie Nathalie Obadia, Paris 4e
Une cabane de cinéma : la serre du bonheur - Agnès Varda, Galerie Nathalie Obadia, Paris 4e
Une cabane de cinéma : la serre du bonheur - Agnès Varda, Galerie Nathalie Obadia, Paris 4e
Publicité

La réalisatrice expose « Une Cabane de cinéma : la serre du bonheur », à la Galerie Nathalie Obadia, du 14 avril au 31 mai ; une cabane construite avec des pellicules 35 mm d’une copie de son film " Le Bonheur " (sortie 1964). Il s’agit de la troisième exposition personnelle de l’artiste.

Avec
  • Agnès Varda Cinéaste, photographe et plasticienne (1928-2019)

Se figurer une petite serre baignée de soleil, et remplacer les parois de verres par des pellicules de cinéma. Se rappeler les 16, 18, 24 images par seconde, imaginer l’infinité des images fixes, imaginer par exemple que notre œil fait le cinéma, rétablit le mouvement de la vie en les balayant. S'asseoir au milieu de cet espace, et regarder les tournesols se lever vers la lumière. Nous voilà, à l’abri du présent. C’est avec des morceaux de pellicule de son film Le bonheur, sorti en 1964, qu'Agnès Varda a bâti une cabane de cinéma, au sein de la Galerie Nathalie Obadia, à Paris. L’exposition est visible dés le 14 avril. Des maquettes d’autres cabanes de cinéma y sont aussi exposées, ainsi que des photographies. 

Pour le film, c'est une nouvelle vie, ça devient une cabane.  Il y a des gens qui vont passer, pour moi, c'est une expérience.

Publicité

D'une façon générale, on est incapables, on ne fait pas grand-chose pour que le monde aille mieux. Moi, je me mets dans ma petite cabane, et je pense au cinéma, parce le cinéma, c'est partager.

Le Bonheur, c'est un film avec l'utopie de croire qu'on peut aimer deux personnes. Ce n'est pas un adultère, c'est un désir d'amour qui "prolifère".  

C'est très amusant que mon travail d'artiste se nourrisse de mon ancien travail, mais sans l'abîmer. Ça raconte que j'étais cinéaste... 

Programmation musicale :

  • Bertrand Belin, Avant les forêts
  • Régine, Les petits papiers, de Serge Gainsbourg
  • Maurice Garrel, Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve, d'après Serge Gainsbourg
  • Générique de fin, Jacques Higelin, Champagnes

Site de la Galerie Nathalie Obadia

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Collaboration
Lise-Marie Barré
Réalisation
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Collaboration
Corinne Amar
Collaboration