Maquette de bétonneuse, juin 2006, à Paris, lors de l'exposition "Bétons: Bétonnez-vous!"
Maquette de bétonneuse, juin 2006, à Paris, lors de l'exposition "Bétons: Bétonnez-vous!"
Maquette de bétonneuse, juin 2006, à Paris, lors de l'exposition "Bétons: Bétonnez-vous!"  ©AFP - Photo Jacques Demarthon
Maquette de bétonneuse, juin 2006, à Paris, lors de l'exposition "Bétons: Bétonnez-vous!" ©AFP - Photo Jacques Demarthon
Maquette de bétonneuse, juin 2006, à Paris, lors de l'exposition "Bétons: Bétonnez-vous!" ©AFP - Photo Jacques Demarthon
Publicité
Résumé

L'écrivain est notre invitée pour son nouveau roman « Dans l’béton » (éd. Grasset). Quand un(e) bricolo-parachutiste se lance dans des travaux de terrassement avec ses deux enfants…

avec :

Anne Garreta (Ecrivaine, membre de l’Oulipo, Anne F. Garréta enseigne la littérature à l’Université de Rennes II et à Duke University.).

En savoir plus

Au départ, tout le monde souffre. La bétonneuse, la machine à laver le linge et la mère qui sale ses pâtes, en pleurant. Mais dans cette famille, on ne jette pas les choses. Même quand elles battent de l’aile ou surtout, quand elles battent de l’aile! On les recycle, on les bricole, on les rafistole, bref, on les remet sur pied. Voilà un roman où l’on n’a pas essayé de couler l’enfance dans le béton. Ou plutôt, un texte où l'on a essayé d'abord, et en fait, cela bouge trop dans les barbelés du temps, l'enfance figée, avec une langue figée pour le dire. Voilà un roman qui joue contre l’immobilisme de la langue, et du reste. Et l’idée générale serait de ne pas s’enraciner dans la mouise...

Prendre la langue au pied de la lettre, c'est faire apparaître un peu de sa radicalité. Ca prend du temps d'écrire, et ça prend du temps d'inventer une forme. Il faut que j'y voie un plaisir partageable.

Publicité

Le béton, je me suis dit, c'est un objet dont on parle peu dans le roman contemporain, ça a commencé comme ça.

Je n'ai peut-être pas totalement oublié la la voix qui pouvait être la mienne, enfant. J'ai laissé résonner (...). Je pense qu'on récapitule des choses très très anciennes, très archaïques. On est dedans, il n'y a pas de différence des temps, pas de nostalgie, il y a une mélancolie quand même...

Programmation musicale :

  • Matthieu Boggaerts, Chape de béton
  • Lizzy Mercier Descloux, Larousse baron bic
  • Lizzy Mercier Descloux_, Rose Vertov_
  • Pixies, Hey!

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Collaboration
Lise-Marie Barré
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration