Camille de Toledo - Tonatiuh Ambrosetti
Camille de Toledo - Tonatiuh Ambrosetti
Camille de Toledo - Tonatiuh Ambrosetti
Publicité
Résumé

Ce soir, nous nous entretenons avec l’écrivain Camille de Toledo, à l’occasion de la parution de "Thésée, sa vie nouvelle" aux éditions Verdier. Un texte labyrinthique qui essaie de répondre à une question vertigineuse : Qui commet le meurtre d'un homme qui se tue.

avec :

Camille de Toledo (écrivain).

En savoir plus

Dans son dernier roman Camille de Toledo par à la quête de son histoire familiale, à travers le mythe de Thésée. En 2012, Thésée quitte « la ville de l'Ouest » et part vers une vie nouvelle pour fuir le souvenir des siens. Il emporte trois cartons d'archives, laisse tout en vrac et s'embarque dans le dernier train de nuit vers l'Est avec ses enfants. Il va, croit-il, vers la lumière, vers une réinvention. Mais très vite, le passé le rattrape. Thésée s'obstine. Il refuse, en moderne, l'enquête à laquelle son corps le contraint, jusqu'à finalement rouvrir « les fenêtres du temps »...

Extraits de l'entretien

Quand j’écris, je cherche toujours le lieu de l’énonciation, d’où cela parle en nous.  Le point de l’archaïque est quelque chose qui compte beaucoup pour moi. Je cherche à trouver, au-delà de nos vies prosaïques et profanes, l’endroit où ça s’incarne dans l’archaïque. Je cherchais quel était ce chemin de vie qu’il m’a été donné de traverser, dans quelques limbes et noirceurs, et ça ressemblait de plus en plus à la figure de Thésée, ce personnage dont ma mère me faisait lecture, ce père qui devance son chagrin, en pensant que son fils n’a pas triompher du monstre, ce père qui saute de la falaise. Comme dans ce livre il est aussi question de suicide, j’ai cherché à élucider ces morts volontaires ou causées par le temps long, par le biais de cette énonciation. Camille de Toledo

Publicité

Dans ce texte, j’ai été cherché la parole de mon frère mort. Ce n’est pas un dialogue intérieur, cela va chercher l’altérité, et les morts en nous. Cela passe par des outils, pour appeler les morts. Pour Roland Barthes, il y a la photographie, moi, j’ai vraiment été chercher cette parole du frère, que j’avais entièrement effacée. Camille de Toledo

Lectures

Grégoire Lagrange lit un extrait de Thésée, sa vie nouvelle de Camille de Toledo (éditions Verdier)

Anne-Lise Heimburger lit le poème Fugue de mort Paul Celan, traduction Jean Pierre Lefevre, diffusé dans l’émission "Je déballe ma bibliothèque", en 2013

Références musicales

Johann Johannson, Good morning midnight

Melanie Di Biasio, Blackened Cities

Prise de son

Somaya Dabech

Références

L'équipe

Marie Richeux
Marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Production déléguée
Lise-Marie Barré
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Production déléguée