Georges Didi Huberman
Georges Didi Huberman
Georges Didi Huberman - Patrice/ Editions de Minuit
Georges Didi Huberman - Patrice/ Editions de Minuit
Georges Didi Huberman - Patrice/ Editions de Minuit
Publicité
Résumé

Le philosophe, historien de l’art, publie un Journal, « Aperçues », aux éditions de Minuit, une sorte d' "autoportrait sans visage unique" : « Choses vues, non, pas même vues jusqu’au bout. Choses simplement entrevues, aperçues. »

avec :

Georges Didi-Huberman (Historien de l’art et philosophe, maître de conférences à l’EHESS).

En savoir plus

Dans le cadre de la semaine de la presse et des médias dans l’école, sur France Culture, nos invités s'entretiennent avec des étudiants ou des lycéens qui auront lu ou vu leur travail. Avec Georges Didi-Huberman, ce soir ; Marwan Bare.

" J'ai pris l'habitude de nommer "aperçues" des bribes de choses ou d’événements qui apparaissent sous mes yeux. Cela ne dure jamais longtemps. Bribes, échardes du monde, épaves qui vont, qui viennent. Elles sont apparaissantes mais vont disparaissant. Tout ce qui est visible autour de moi ne m'est pas une aperçue pour autant. Par usage personnel - plutôt que par une quelconque volonté de donner un sens catégoriel, défini ou définitif, à ce mot - je dis " aperçue" quand ce qui m'apparaît laisse, avant de disparaître, quelque chose comme la traîne d'une question, d'un mémoire ou d'un désir." Il s'agit d'un extrait de "Aperçues", paru aux éditions de Minuit. 

Publicité

Je me sens très mal à l'aise avec les synthèses. Je pense qu'un philosophe doit retarder au maximum le moment de la synthèse, de la conclusion. 

Il y est beaucoup question de femmes, c'est un livre sur le désir de voir. C'est un livre qui rêve avec Baudelaire, Dante, Pétrarque, Laura... La vie est pleine d'apparitions et de disparitions. Il faut aussi parler de quelque chose qui est devant mes yeux : je l'appelle "une aperçue". 

Je ne veux pas que regarder possède, parce que regarder, c'est re-garder. 

Le temps ne fait pas que passer et disparaître. Dans cette disparition, il laisse des traces. Les écrits sont des choses extrêmement solides. Je suis frappé par la solidité des livres. Le livre est une sorte de fixation de ce que nous sommes en train de dire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Programmation musicale :

  • Iggy Pop, Les passantes
  • Dai Fujikura, Sparks
  • Générique de fin, Mathieu Boogaerts, Le papier C'est léger
Références

L'équipe

marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Jeanne Aléos
Collaboration
Lise-Marie Barré
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration